L’Héritage : L’aîné par Christopher Paolini

Couverture L'Héritage, tome 2 : L'AînéL’héritage est une série écrite par Christopher Paolini, sortie en France vers 2004 et éditée chez Bayard. C’est une série fantasy, dont le deuxième tome, L’Aîné, comporte 653 pages.

Eragon et sa dragonne, Saphira, sortent à peine de la victoire de Farthen Dûr contre les Urgals, qu’une nouvelle horde de monstres fait son apparition… Ajihad, le chef des Vardens, est tué. Nommée par le Conseil des Anciens, sa fille, Nasuada, prend la tête des rebelles. Eragon et Saphira lui prêtent allégeance avant d’entreprendre un long et périlleux voyage vers le royaume des elfes, à Ellesméra, où le garçon poursuit sa formation de dragonnier.
Là, il découvre avec stupeur qu’Arya est la fille de la reine Islanzadì. Cette dernière leur présente en secret un dragon d’or, Glaedr, chevauché par un Dragonnier, Oromis, qui n’est autre que le Sageen- Deuil, l’Estropié-qui-est-Tout, le personnage qui était apparu à Eragon lorsqu’il délirait, blessé par l’Ombre. Oromis va devenir son maître. La formation du jeune Dragonnier se révèle éprouvante. Pendant ce temps, à Carvahall, Roran, son cousin, a engagé le combat contre les Ra’zacs. Ceux-ci, persuadés qu’il détient l’oeuf de dragon qu’Eragon avait trouvée sur la Crête, kidnappent sa fiancée. Prêt à tout pour la sauver, Roran comprend cependant qu’il n’est pas de taille à les affronter. Il convainc les villageois de traverser la Crête pour rejoindre les rebelles au Surda, en guerre contre le roi de l’Empire, le cruel Galbatorix. Or,Nasuada, de son côté, emmène au Surda le peuple des Vardens…

***

Ce second tome est majoritairement centré sur l’apprentissage d’Eragon auprès des Elfes. Nous le retrouvons en compagnie de Saphira sa Dragonne ainsi qu’Arya, l’elfe sauvée dans le courant du premier tome, avec qui Eragon était allé chez les Vardens. L’histoire reprend juste après la victoire de Farthen Dûr contre les Urgals et Durza, l’Ombre. A la suite de cette bataille, d’autres créatures arrivent et tuent Ajihad, le chef Vardens. Suite à cela, Nasuada sa fille accède au pouvoir et Eragon lui prête allégeance ainsi que Saphira, juste avant de partir poursuivre leur apprentissage chez les elfes. Ils partent donc en compagnie d’Arya & d’Orik, le nain. Arrivé au village, Eragon découvre la véritable identité d’Arya et fait la connaissance d’Oromis et de son Dragon Glaedr ; Eragon découvre donc qu’il n’est pas le seul Dragonnier du Royaume, excluant Galbatorix. Oromis devient donc son maître et Glaedr celui de Saphira, ensemble ils vont poursuivre et compléter leur formation tout en apprenant à vivre en compagnie des elfes. En parallèle, nous suivons Roran, le cousin d’Eragon, qui a fait sa demande à Katrina. La jeune femme est enlevée dans le même temps par les Ra’zacs qui ont aussi comme projet de tuer Roran, pensant que c’est lui qui a l’œuf de Saphira. Afin de libérer sa fiancée, Roran va parcourir l’Alagaësia avec tout le village de Carvahall qui était voué à disparaître sous le courroux des Ra’zacs.

Par rapport à certains, j’ai trouvé ce second tome plus que satisfaisant. A travers l’apprentissage d’Eragon et de Saphira, nous voyons une évolution de leurs caractères respectifs qui est à mes yeux très intéressante. En effet, plus d’une fois, à cause de sa blessure Eragon perd confiance en lui, il tombe amoureux, il s’inquiète pour sa famille, il a des regrets… Quant à Saphira, elle reste sage et posée, mais en compagnie de Glaedr devient plus puérile, elle est aussi jalouse et remplie de mauvaise foi si bien qu’elle en devient parfois un peu exaspérante. Ainsi on se rend compte que l’auteur a pas mal travaillé ses personnages pour leur donner une vraie personnalité. Roran, lui, est déterminé et courageux. Par rapport au premier tome où on ne le voyait pratiquement jamais, dans ce second tome nous apprenons à le connaître doucement. Autant au début du livre il paraît un peu faible et craintif, autant à la fin, on voit bien qu’il s’est endurci. J’ai eu un petit coup de cœur pour le personnage d’Oromis. Il est calme et patient, et plusieurs fois, ses mots sont très touchants, notamment lorsqu’il nous parle de son passé de Dragonnier. Je ne me prononce pas quant à Glaedr, il était pour moi davantage un personnage secondaire qu’un personnage très important à l’histoire, et je n’ai rien ressenti de particulier pour lui.

Dès lors que commence la dernière bataille, nous allons de révélations en révélations et retrouvons de vieilles connaissances. Nous avons des réponses à de nombreuses questions posées dans le premier tome, et de nouvelles s’en posent encore. Sans doute aurons-nous les réponses dans le troisième livre (qui attend bien sagement dans ma PAL d’ailleurs !!)

Bien qu’il y ait une grande partie de longueur, la lecture était toujours aussi fluide et agréable même si j’ai mis, tout comme le premier tome, très longtemps à le lire.

En conclusion :♥♥♥♥ Malgré des longueurs, le livre est toujours agréable à lire. Les personnages sont de plus en plus creusés et l’aventure est très intéressante puisqu’il y a de nombreux rebondissements.

Le tome 1 : L’Héritage: Eragon par Christopher Paolini
Le tome 3 : L’Héritage : Brisingr par Christopher Paolini
Le tome 4 : L’Héritage par Christopher Paolini

Par Nina

Publicités

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s