Tout ce qu’on ne s’est jamais dit par Céleste Ng

Tout ce qu’on ne s’est jamais dit est un drame contemporain sortit en France en mars 2016. Il a été écrit par Céleste Ng et est publié aux éditions Sonatine. Le livre fait 300 pages.

Lydia est morte.

Lydia Lee, seize ans, est morte. Mais sa famille l’ignore encore…

Sa mère, Marylin, femme au foyer, rêve que sa fille fasse les études de médecine qu’elle n’a pas pu accomplir. Son père, James, professeur d’université d’origine chinoise, a tant souffert de sa différence qu’il a hâte de la retrouver parfaitement intégrée sur le campus.

Mais le corps de Lydia gît au fond d’un lac.

Accident, meurtre ou suicide ? Lorsque l’adolescente est retrouvée, la famille Lee, en apparence si soudée, va devoir affronter ses secrets les mieux gardés. Des secrets si longtemps enfouis qu’au fil du temps ils ont imperceptiblement éloigné ses membres, creusant des failles qui ne pourront sans doute jamais être comblées.

***

L’histoire prend place dans les années 1960-1970, en Amérique, alors que le racisme était très fréquent, que les mariages mixtes étaient mal vus et que les femmes devaient rester chez elles à entretenir leur maison, ou faire des métiers tels qu’infirmières ou secrétaires. Nous suivons la famille Lee, une famille discrète, aux apparences heureuses vivant dans le paraître et voulant à tout prix entrer dans un certain conformisme, pour ne pas se faire remarquer. James est d’origine chinoise et a toute sa vie été confronté au racisme, qui l’a notamment pénalisé dans sa carrière. Etant toujours mis à l’écart par les autres à cause de sa « différence », il s’est réfugié dans les livres et la solitude. A sa rencontre avec Marilyn, il est en train de finir son cursus pour être professeur d’histoire Américaine. Elle, était brillante élève et passionnée de physique chimie. Alors que dans son école, les femmes devaient prendre des cours de maintien de maison, Marilyn rêvait d’être médecin, au grand dam de sa mère qui souhaitait qu’elle tienne une maison et rencontre un grand homme d’Harvard. Leur union a été très mal vue par l’entourage puisqu’à cette époque, les mariages métis ne se faisaient pas. Ensemble, ils ont eu trois enfants : Lydia, littéralement la chouchoute de ses parents, que sa mère vouait à un grand avenir dans la médecine –chose qu’elle n’a jamais pu faire à cause de son mariage- et que son père vouait à une grande popularité ; Nath, qui est plus âgé que Lydia et qui la protège et Hannah, une enfant qui passe aux yeux de tout complètement inaperçu mais qui observe tout, voit tout et entend beaucoup de choses.

Cependant, un matin, alors que Lydia est en retard pour son petit déjeuner, tout bascule. Et c’est là que commence l’histoire.

Les personnages de ce livre sont tous très attachants et très bouleversants, même s’ils ont des personnalités complètement différentes. Suite au drame, chacun va se remettre en question et va en même temps essayer d’établir la vérité à travers la manière dont il voyait Lydia. Mais en réalité, personne ne la connaît réellement …

Tout le long du livre, nous alternons entre des flash-backs et des chapitres classiques. Nous passons d’un personnage à l’autre, sans vraiment savoir quand ni pourquoi, mais à chaque fois, tout est fait d’une telle manière qu’on ne se préoccupe de rien. Plus on avance dans le livre, plus on remarque que la famille est plus que fragilisée et qu’une moindre chose peut tout faire éclater.

Tout ce qu’on ne s’est jamais dit est littéralement un livre que l’on dévore, malgré la longueur de ses chapitres. La plume de l’autrice est entraînante est additive. On a l’impression que chaque mot a son importance, et qu’aucune expression n’est choisie au hasard. On constate que les sujets traités traversent tout à fait les époques. A travers ce drame familial, on s’immisce dans l’intimité d’une famille qui pourrait être la nôtre, ou celle de nos voisins, et cela laisse songer sur le fait qu’on ne sait jamais vraiment ce qu’il se passe chez les autres et que même si l’on croit connaître nos proches, il n’en n’est rien en réalité…

En conclusion♥♥♥♥ Si ce livre n’est pas un coup de cœur, il est à la limite de l’être ! Le style d’écriture de l’autrice est magique et nous emporte en plein cœur d’un drame familial où sont traités sans jugements, des sujets de sociétés qui pour certains sont encore valables aujourd’hui. Etant donné que Tout ce qu’on ne s’est jamais dit, est un premier roman, je m’attendais à tout autre chose en le lisant, et j’ai été agréablement surprise de la qualité du texte. Comme quoi, même avec un premier roman, on peut faire quelque chose de très bien, et je pense que beaucoup d’auteurs devraient prendre exemple sur Céleste Ng.

Par Nina

Publicités

2 réflexions sur “Tout ce qu’on ne s’est jamais dit par Céleste Ng

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s