Gone : Mensonges par Michael Grant

Couverture Gone, tome 3 : Mensonges
Critique du tome 2 : Gone : La faim.

Mensonges est le troisième tome de la série Gone écrite par Michael Grant et publiée en 2010 par l’édition Pocket Jeunesse. Ce tome-ci comporte 498 pages.

Résumé :

Imaginez…

Cela fait six mois que tous les adultes ont disparu de Perdido Beach.

Six mois, que les enfants errent dans les rues, abandonnés, tenaillés par la faim, assoiffé d’un puissant désir de vengeance.

Six mois qu’une bulle surnaturelle les coupe du reste du monde.

Jusqu’au jour où les rumeurs les plus folles circulent, propagées par Orsay, qui se prétend « Prophétesse ». Elle affirment que la mort est le seul moyen de quitter la Zone.

Désormais, les enfants ne songent plus qu’à une chose : fuir.

Mais sont-ils assez désespérés pour croire que seule la mort les délivrera ?

Mon avis :

C’est avec curiosité que je me suis plongée dans ce troisième tome de Gone. Toujours la même intrigue : des enfants de moins de quinze ans doivent survivre dans une bulle qui les coupe de tout le reste du monde. Après les problèmes de famine, c’est le clivage social qui s’avère destructeur : les mutants et les normaux se livrent une guerre froide, mais qui dérape vite et devient violente et meurtrière. Plus rien ne va à Perdido Beach. Le gouvernement provisoire n’arrive pas à gérer tous les problèmes, si nombreux.

Rien de vraiment nouveau dans ce tome-ci, si ce n’est la tension qui monte et la rupture entre Astrid et Sam. L’action est toujours présente, mais je trouve que cette série peut-être un peu choquante pour certains et surtout pour les plus jeunes, ce livre-ci plus que ses prédécesseurs. Certains rebondissements sont appréciables même si ça reste assez prévisible. Nous avons enfin un aperçu du dehors, à la fin, quand Pete fait disparaître pour un court instant la barrière.

On peut néanmoins remarquer une évolution dans les personnages : Notamment Astrid et Sam, qui, à mon sens, deviennent plus matures. De nouveaux personnages apparaissent encore, mais je trouve que cela sonne un peu faux : Cinq enfants sur une île privée, propriété de deux acteurs célèbres. Malgré tout, chaque personnage à son caractère propre. Certains ne sont pas réellement ce que l’on croit. Le reste des pensionnaires de Coates fini sur une île (celle des acteurs). Cela aussi est assez maladroit à mes yeux : L’auteur se sert de ce prétexte pour instaurer un climat de paix pour faire avancer l’histoire d’amour (Pourquoi il y a toujours une histoire d’amour dans les romans jeunesse?) entre Caine et Diana, ce qui lui servira pour les prochains tomes (oui j’ai déjà lu les autres livres avant de faire cette chronique, et alors ?).

♥♥♥ En conclusion, rien de bien nouveau si ce n’est l’évolution des personnages et leur relations. L’histoire n’avance pas beaucoup ce qui est dommage de mon point de vue. J’attends un peu plus du prochain tome, et que l’intrigue avance plus vite.

Par Claire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s