L’Héritage par Christopher Paolini

Couverture L'Héritage, tome 4L’Héritage est le quatrième et dernier livre de la saga éponyme, écrite par Christopher Paolini. Ce tome-ci, sorti en 2012 et publié aux éditions Bayard comporte 900 pages.

Il n’y a pas très longtemps, Eragon, le tueur d’Ombres, dragonnier, n’était qu’un pauvre garçon de ferme, et son dragon, Saphira, seulement une pierre bleue dans la forêt. Maintenant, le destin d’un peuple entier repose sur leurs épaules.
De longs mois d’entraînements et de batailles ont rapporté des nombreuses victoires et de l’espoir, mais ils ont causé aussi des pertes déchirantes. Et puis, la réelle bataille n’a pas encore eu lieu : ils doivent affonter Galbatorix. Quand ils le feront, ils devront être assez fort pour le vaincre. Et s’ils ne le peuvent pas, personne ne le pourra. Il n’y aura pas de seconde chance.
Le dragonnier et son dragon sont allés plus loin que personne n’aurait pu l’espérer. Mais peuvent-ils renverser le roi maudit et restaurer la justice en Alagaësia ? Et dans ce cas, quel en sera le prix ?

***

Une fois Brisingr terminé, je me tâtais chaque jour pour lire ce dernier tome, qui était en quelque sorte la clé de l’histoire ! Après deux semaines passées dessus –j’ai précisé qu’il faisait 900 pages !- Je l’ai enfin terminé et je vous livre donc mes conclusions !

Le résumé de l’histoire sera très succinct car je veux que, comme moi je l’ai fait, vous découvriez l’histoire sans rien savoir ! L’histoire commence donc in medias res avec une bataille opposant les Vardens aux troupes de Galbatorix pour récupérer la cité de Belatona aux mains du Tyran. Les Vardens avancent lentement vers Urû’baen, ville où se terre le Roi avec Shruikan son Dragon. Cependant, un problème se pose alors que la bataille finale approche : Comment Eragon va-t-il pouvoir battre Galbatorix, et surtout, prendre le dessus sur le Parjure le plus puissant de l’Alagaësia ? Tout en sachant que ce dernier possède les cœurs des cœurs de centaines de Dragons, ce qui déculpe ses forces ! Accompagné de Glaedr, Saphira, Arya, Roran et Nasuada, Eragon va devoir trouver un moyen pour rapporter la paix sur tout le Royaume quel que soit le prix à payer pour le Dragonnier et sa Dragonne.

Tout d’abord, face au livre, les deux premières questions qui me sont venues à l’esprit sont : Qui est ce Dragon Vert ? Et Pourquoi ce titre ? Car dans les trois tomes précédents, on a pu remarquer que les choix n’étaient jamais faits au hasard… Du coup j’étais d’autant plus pressée de me lancer dans ma lecture pour répondre à cela ainsi qu’aux multitudes d’interrogations sur lesquelles on était resté à la fin des autres tomes… Et bien je n’ai pas été déçue je peux vous le dire ! Le dénouement entier de l’histoire est d’une extrême densité. A chaque page nous avons une révélation ou un élément important et capital pour la suite !

Je vais d’abord commencer par les personnages, car c’est sur eux que j’ai le plus de choses à dire. Tout d’abord, le duo Eragon/Saphira qui toujours fidèle à lui-même mûrit encore et acquiert extrêmement de sagesse, de réflexion et de puissance si bien que même nous, lecteurs, on finit par les craindre ! Ils sont amenés à se poser de nombreuses questions aussi bien sur eux-mêmes que sur les répercussions de leurs actions sur leur entourage. Ils doivent se retrancher au plus profond d’eux-mêmes au point de devoir découvrir leur vrai nom. Leur évolution a été un point très important du roman et très plaisant à lire également. Ensuite vient Roran, Nasuada et Orik. Nous les retrouvons tous trois prêts et déterminés à prendre part aux combats en servant les Vardens. La chef des Vardens a dans ce tome-ci une place à part entière puisque certains chapitres lui sont même réservés. A travers ces derniers, on y voit sa détermination à servir sa cause, on sent qu’elle ne reculera devant rien pour vaincre le Tyran et j’avoue avoir été très admirative de ses actes. Orik est peut-être un peu moins présent dans ce tome-ci, mais ses interventions –notamment à la fin- sont pour certaines assez émouvantes ! Roran, lui, nous impressionne toujours tant ses capacités au combat sont incroyables, on voit qu’il a une place importante parmi les Vardens et qu’Eragon lui fait entièrement confiance. Le lien entre les deux personnages est bien plus fort ici que dans les autres tomes. Angela l’Herboriste ainsi que les Chats Garous sont bien plus présents ici ; c’est d’ailleurs très agréable de retrouver la magicienne plus souvent tant on voulait en savoir plus sur elle, même si au final… on ne sait que peu de choses ! Un voile –que dis-je… une couette !- de mystère enveloppe cette femme ! Elle prend part à n’importe quel combat d’une manière tellement légère que parfois même on se demanderait si elle n’en connait pas déjà l’issue … Arya étant un de mes personnages favoris, j’en attendais beaucoup d’elle et je n’ai pas été déçue ! Elle est extrêmement courageuse et je suis vraiment satisfaite de ce qu’elle devient dans la suite de l’histoire ! Pour finir, Galbatorix bien-entendu ! On entend parler de lui depuis le premier tome et bien évidemment, on misait beaucoup sur lui… J’ai pour le coup été un peu déçue sur sa description… Sa réputation n’est bien sûr pas à faire, on comprend bien qu’il est puissant … Mais physiquement, il me manquait un petit quelque chose pour bien le visualiser… Mais ce n’est pas méchant ! Je pourrai vous parler de beaucoup d’autres personnages, mais pour le coup je vais m’arrêter là, sinon je vais tout vous dévoiler.

Bien entendu tout au long de l’histoire, on a une succession de points de vue différents : on suit Eragon, puis on passe à Roran et on aboutit sur Nasuada. Cela nous a permis d’être partout à la fois et de se rendre parfaitement compte de l’importance et de l’étendue de la grande bataille finale.

Le style d’écriture de Christopher Paolini est toujours très dense, le vocabulaire choisi est très précis et on sent que chaque mot est choisi pour une raison bien précise. Bien évidemment, sur 900 pages, il y a forcément des longueurs, mais le tout est compensé par la richesse du vocabulaire, les figures de styles toutes plus jolies les unes que les autres … Certains moments étaient tellement bien décrits que j’avais l’impression d’être là moi aussi, j’ai même parfois versé quelques larmes.

En conclusion : ♥♥♥♥♥ Ce dernier tome clôture la saga en beauté même s’il a été pour moi difficile de ne pas lâcher quelques larmes. Malgré quelques longueurs, l’histoire avançait et il se passait une multitude de chose. L’évolution des personnages a été intéressante à suivre et même si parfois quelques descriptions manquaient d’approfondissement on arrivait parfaitement à comprendre où l’auteur voulait nous emmener.

Et plus globalement, pour la saga ?

Image de eragon, book, and fantasy

J’ai acheté les deux premiers tomes complètement au hasard, parce que je les avais trouvés dans une bouquinerie et que je me suis rappelée que j’avais envie de les lire –c’est pour dire comme j’avais vraiment eu envie de les avoir …- j’ai commencé le premier tome au début de l’année scolaire. J’y avais passé pas mal de temps mais j’avais vraiment aimé. Après avoir laissé quelques temps j’ai entamé le tome deux puis six mois après, le troisième. J’ai, à chaque fois vu une grosse amélioration dans la personnalité des personnages et le style d’écriture de l’auteur et cela a toujours été pour moi très présent à lire. Dès que j’ouvrais un Eragon, je savais déjà que j’allais passer deux-trois semaines dessus mais j’étais tellement heureuse de retourner en Alagaësia que cela ne me dérangeait pas particulièrement… Je dis retourner car toutes ces lectures ont été pareilles à un voyage pour moi, je me voyais à dos de Saphira et en compagnie d’Eragon, aller dans toute la région, au Surda, au Du Weldenvaren ou dans les montagnes des Beors… J’ai eu cette impression de les voir tous grandir et évoluer… Lorsque les personnages vivaient des coups durs, j’avais l’impression de les vivre avec eux …

J’ai individuellement aimé chaque tome sans pour autant en avoir un coup de coeur, cependant, je pense que je peux qualifier la saga comme étant l’un de mes coups de coeur car je n’ai jamais ressenti autant de choses si confuses lorsque j’étais plongée dans une série…

Mais malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin. Je pense qu’il est plus raisonnable de s’arrêter maintenant, plutôt que d’avoir un cinquième tome qui pourrait faire perdre de la valeur à cette superbe série !

LE tome 1 : L’Héritage : Eragon
Le tome 2 : L’Héritage : L’aîné
Le tome 3 : L’Héritage : Brisingr

Par Nina

Publicités

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s