Parlons saga : Half bad

Hey Devil – Toby Mac

!! Je parlerai de la série en générale, et non de chaque livre séparément. !!

Couverture Half Bad, tome 1 : Traque blancheCouverture Half Bad, tome 2 : Nuit rougeCouverture Half Bad, tome 3 : Quête noire

Half bad est une série fantasy composée de trois livres : Traque blanche (382 pages), Nuit rouge (406 pages) et Quête noire (375 pages), écrite par Sally Green et publiée respectivement en 2014, 2015 et 2016 aux éditions Milan.

Résumé du premier tome : Tu ne sais ni lire ni écrire, mais tu guéris vite pour un sorcier.
Tu ne supportes pas de rester enfermé une fois la nuit tombée.
Tu détestes les sorciers blancs,
mais tu aimes Annalise.
Tu es enfermé dans une cage depuis des quatorze ans.
Maintenant, tu n ‘as plus le choix : tu dois fuir et retrouver Mercury,
la sorcière noire qui dévore les petits garçons.
Et tout ça avant ton dix-septième anniversaire.

Facile… 

***

Le premier Half bad m’a attiré grâce à sa couverture et à sa présentation dans le magasin. Dans une cage, avec autour du livre, une corde assez grossière et un message : Libérez-moi. Je me suis alors précipitée dessus. Après l’avoir dévoré, j’ai dû attendre deux ans supplémentaires avant de découvrir le fin mot de l’histoire. Retour sur la série.

Une histoire assez peu originale pour le coup ; deux camps, les sorciers blancs les sorciers noirs, et un au milieu, Nathan, le protagoniste. On pourrait croire que, comme dans la plupart des romans jeunesse (je ne le considère pas vraiment comme tel, notamment à cause de sa couverture et de son univers assez sombre) les sorciers blancs sont les gentils et les noirs les méchants. C’est absolument faux ! Ici, l’univers n’est aucunement manichéen, bien au contraire ; les personnages sont assez complexes, à l’instar de notre héros Nathan, mais je reviendrai sur lui plus tard. En plus d’une situation compliquée et plutôt sombre (rare pour des livres jeunesses et d’autant plus appréciable), le mélange de personnes à certains moments est déroutant. En effet, l’auteur use de la première personne en général, et passe à la deuxième personne. Originalité sympathique et qui rajoute un petit plus aux livres.

En revanche, le scénario me paraît bancal, surtout lors du passage du tome deux au tome trois. Nathan veut absolument sauver une fille, puis dans le livre suivant, il la hait tellement qu’il veut la tuer… De même que dans le premier livre, où les trois quart de l’histoire servent simplement à combler le temps avant les dix-sept ans de Nathan. Bref, le point le plus négatif de cette série. Je noterai cependant une fin rapide mais efficace, et extrêmement triste ( et pourtant je ne suis pas vraiment émotive).

 » Nous ne connaissons que la guerre, la torture, la persécution. C’est bien beau de ne vouloir tuer personne, mais pendant ce temps, Soul continue ses massacres. Nous devons l’arrêter. Ne rien tenter reviendrait à le soutenir. C’est un monstre.
– Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des hommes de bien.
– Je ne comprends pas vraiment ce que ça signifie. Tout ce que je sais, c’est que je dois tenter quelque chose. Que je peux tenter quelque chose. »

Les descriptions sont un peu délaissées, au profit des sensations de Nathan sur son entourage : plutôt logique puisque le récit se fait à la première personne. Petit bémol, certains passages d’actions (très bien faits, de mon point de vue) sont coupés par d’autres moments plus lents et moins intéressants. Mais si les personnages et les lecteurs doivent pouvoir se reposer, les moments « détentes » sont trop longs et cela gâche l’histoire.

Les personnages. Un énorme point positif de ce livre. Chaque personnage à sa personnalité, et on s’attache très rapidement à certains (et on en déteste d’autres tout aussi rapidement). Je vais m’arrêter un peu sur la personnalité de Nathan, tout d’abord parce que c’est le protagoniste, mais aussi car le livre est narré à la première personne et donc les pensées de ce dernier sont les seules que nous ayons. Je parlerai plus précisément de son évolution. Tout au long du tome 1, il se cherche, ne sachant pas vraiment qui il est. Le fils d’une sorcière blanche respectable, ou celui du sorcier noir le plus dangereux et sanguinaire jamais connu ? Un peu des deux. Tout au long des tomes 2 et 3, sa personnalité s’affermit. Il n’hésite pas à tuer pour accomplir son but. Et c’est ça qui fait tout la différence avec d’autres romans jeunesses : la personnalité du protagoniste, qui n’est pas vraiment un héros gentil au bon cœur. C’est un être humain (presque) comme les autres, qui a différentes facettes, et pas seulement que des bons côtés. C’est le deuxième bon point positif de cette série. Tout comme les relations entre les personnages, qui sont pour le coup assez complexes. C’est surtout les relations entre Nathan et tous les autres. Comme sa personnalité, tout n’est pas rose : ses relations varient, même si Nathan reste assez renfermé sur lui-même. L’auteur n’hésite pas à tuer certains de ses personnages, ce qui contribue à l’univers sombre de la série.

♥♥♥ En conclusion, une série agréable à lire, assez différentes des autres plus « jeunesse », avec un univers et des personnages sombres et complexes. Plus de point positif que de négatif, même si certaines longueurs peuvent gâcher un peu le récit.

Par Claire

Publicités

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s