Smog of Germania par Marianne Stern

Génération Goldman – Il changeait la vie


Smog of Germania
est le premier tome des Récits du Monde Mécanique de Marianne Stern. Il est publié aux éditions Mnémos ainsi que celles du Chat Noir. Il compte 446 pages.

Germania, début des années 1900, capitale du Reich.
À sa tête, le Kaiser Wilhem, qui se préoccupe davantage de transformer sa cité en quelque chose de grandiose plutôt que de se pencher sur la guerre grondant le long de la frontière française – et pour cause : on dit qu’il n’a plus tous ses esprits. Un smog noir a envahi les rues suite à une industrialisation massive, au sein duquel les assassins sont à l’oeuvre.

Une poursuite infernale s’engage dans les rues et les cieux de Germania le jour où la fille du Kaiser échappe de peu à une tentative de meurtre. Objectif : retrouver les commanditaires. La chose serait bien plus aisée s’il ne s’agissait pas en réalité d’un gigantesque complot, qui se développe dans l’ombre depuis trop longtemps.

***

Ce livre m’a d’abord attirée par son genre (et non pas sa couverture !), steampunk, parce que je voulais en relire depuis en bout de temps. Et je n’ai clairement pas été déçue, c’était génial !

Marianne Stern nous présente une ville sombre recouverte par le smog avec des bas fond à faire frissonner les morts et une cour de toutes les dépravations. Dans cet univers évolue Viktoria, la fille du Kaiser (le Roi/Empereur). J’ai adoré le monde qui nous est offert, sombre et parfois glauque mais très réaliste dans ses descriptions. Je trouve que cela tranche avec la presque éternelle époque victorienne et c’est très agréable. J’ai aussi beaucoup aimé nos magiciens de cette époque : les orfèvres, des gens capables d’insuffler la vie à une mécanique. Je n’en dirais pas plus, le livre explique bien mieux que moi le concept !

L’intrigue se met presque tout de suite en place et est facile à suivre à travers les différents points de vue des personnages. Le complot est bien mené et même si le suspense n’est pas celui d’un Agatha Christie, j’ai apprécié les rebondissements et les mystères du scénario.

J’ai eu de gros coups de cœur pour les personnages de ce livre : ils sont fantastiques et surtout assez différents les uns des autres.
Mes deux préférés: Maxwell et Jeremiah. Impossible de déterminer mon favori.
J’ai adoré le lien qui les unissait et leur affection l’un pour l’autre. J’ai admiré leur détermination et leurs capacités respectives. En effet Jeremiah est à moitié automate, vous ne saurez pas pourquoi sans lire le livre, et parait froid et distant mais fout une trouille monstre à tous ceux qu’il croise. Ce n’est pas l’Exécuteur officiel du Kaiser pour rien ! Quand à Maxwell, c’est son maître espion sur son navire volant, le Jungfrau, tout aussi dangereux mais qui parait bien trop civilisé pour être vrai !

Maxwell parait également beaucoup plus humain quand Jeremiah est là de la même manière que Jeremiah parait aussi beaucoup plus humain à travers les yeux de Viktoria.
En tant que fille  unique et chérie du Kaiser, Viktoria ne sait rien de la vie dans les coupe-gorges ni de la politique ni des intrigues. Je sais que certains n’ont pas aimé cette candeur. Moi je trouve qu’elle colle parfaitement au personnage, en plus de sa fascination pour Jeremiah. Le lien entre ses deux là est très beau parce qu’il est aussi très humain je trouve ! De plus c’est un personnage qui évolue de manière positive et j’aimerais beaucoup la revoir dans les tomes suivants

Par contre, j’ai moins accroché avec Joachim, le frère de Viktoria, dont on a aussi le point de vue, sans doute à cause de certaines de ses attitudes. D’un autre côté, son rôle est aussi prévisible qu’indispensable un fois que l’on a démêle les principaux fils du complot.

J’ai apprécié l’écriture de l’autrice et ai pu ainsi apprendre mes premiers mots d’allemands « véridiques ». Son style est fluide et le roman est très bien rédigé sans descriptions trop lourdes mais suffisantes pour nous mettre dans l’ambiance.

Le seul point négatif, selon moi, est la fin qui, bien que très bien exécutée, me semble un peu rapide ou facile. J’en voulais plus ! Malgré tout, elle reste dans la lignée du roman.

« – Le Kaiser se fait du souci pour son adorable fille … Chose que je conçois sans équivoque.
– Quoi, que je sois adorable ?
Viktoria ricana et fit volte face, repris sa progression.
– Oh, adorable vous l’êtes très certainement à ses yeux … Cependant moi qui vous connais un peu mieux … « 

***

En conclusion : ♥♥♥♥ un pur bonheur pour ses personnages auxquels on s’attache et un univers très bien construit ! Le tome 2 : Scents of Orient est paru en février en grand format. 🙂

Par Sophie

Publicités

2 réflexions sur “Smog of Germania par Marianne Stern

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s