Parlons saga : Red Rising par Pierce Brown

My Love – Kuba Oms

Avant de commencer, je précise que j’essaye au maximum d’éviter les spoils, mais il y a tout de même des risques (mais ils sont indiqués en rouge pour que vous puissiez les éviter. Il y a également les résumés des deux autres tomes qui révèlent un peu de l’histoire).

Red Rising est une trilogie de science fiction écrite par Pierce Brown et publiée aux éditions Hachette. Les tomes comportent respectivement 476, 528 et 552 pages.

***

Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir.
Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l’élite des Ors, dans un terrain d’entraînement grandeur nature.
Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé.

***

Deux ans ont passé. Darrow n’est plus un Rouge
risquant chaque jour sa vie dans les mines de Mars.
Il est devenu le Faucheur, un Or dont la réputation n’est plus à faire. Rien ne lui résiste.
Pourtant, au fond de lui, Darrow n’a pas oublié. Il n’a pas pardonné. Mais il commet une erreur fatale : il sous-estime son ennemi. En un éclair, il perd tout.
Au pied du mur, Darrow doit élaborer une nouvelle stratégie… quitte à transformer une vendetta familiale en guerre totale.
Sinon, tous ses efforts, tous ses sacrifices auront été vains. Et Eo sera morte pour rien.

***

Darrow aurait voulu vivre en paix. Ses ennemis l’ont jeté dans la guerre. Darrow s’est élevé parmi les puissants qui dirigent la Société pour mieux préparer sa révolution. À présent,la fin du règne tyrannique des Ors a enfin sonné. Malgré les doutes qui l’assaillent, malgré les anciens amis qu’il va devoir affronter aux quatre coins du Système solaire, Darrow est plus que jamais déterminé à briser les chaînes?

***

J’ai littéralement dévoré la série des Red Rising en trois jours, et je remercie Nina de me l’avoir fait découvrir. Elle a d’ailleurs chroniqué le tome 1 ici (que je vous encourage à aller lire) mais c’était pour moi comme une évidence de vous parler de la suite, même si certains points vont très certainement ressembler à sa critique.

Red Rising est donc un livre assez classique sur la rébellion de la classe ouvrière et exploitée des Rouges, à travers Darrow, un Rouge qui par amour va se battre pour un monde plus juste. Pourtant l’univers est très développé et permet un plongeon total dans le monde sanguinaire et impitoyable. Les castes, les différentes planètes et les conflits entre famille, tout y décrit avec une plume directe et franche. Pour peu qu’on s’y accroche un peu (il est vrai que la multiplication des personnages et des relations toujours fluctuante entre eux peuvent perturber si l’on est pas vraiment concentré sur sa lecture) Darrow nous happe complètement avec lui pour sa quête dans monde plus juste et égalitaire. Mais lui même n’est pas tout à fait ce que l’on peut appeler un héros ; il utilise les mêmes méthodes que les Ors, et n’hésite pas à tuer et à tromper (ce qui est la base du premier et de la moitié du second tome) tout le monde y compris ses amis les plus proches.

« Les mots sont des armes plus puissantes qu’il ne l’imagine. Et les chansons encore plus. Les mots manipulent l’esprit. Les mélodies s’emparent du cœur. Je viens d’un peuple de chansons et de danses. Je n’ai pas besoin qu’il me parle du pouvoir des mots. »

Si le premier tome nous emmenait dans une sorte d’arène grandeur nature, le second et le troisième tome nous portent vers ce qu’on pourraient appeler le « vrai » monde : on a le droit à de superbes batailles spatiales et des combats acharnés entre les personnages. Il y a des rebondissements, du suspense, à chaque fois que l’on pense que Darrow a avancé dans sa quête, il arrive quelque chose qui bouleverse tout ; un peu comme le dernier épisode d’une saison de Game of Thrones. On voyage réellement avec le protagoniste, on suit son évolution, et on ne voit pas les pages défiler. On ne peut également qu’admirer l’auteur qui nous berne sans cesse (je pense notamment à la fin du troisième tome où la bataille finale ne peut qu’être qualifiée de géniale) nous faisant vibrer au rythme des aventures de Darrow. Ses plans et son esprit m’ont également beaucoup impressionnée (ce n’est pas évident comme cela mais Darrow est un véritable génie militaire). Que dire de plus ? Je n’aurais jamais cru dire cela dans d’un livre mais chaque élément présent est bien, à sa place, décrit avec justesse. Ce livre est presque parfait (car la perfection n’est qu’un but que l’on ne peut jamais tout à fait atteindre, même si cette trilogie s’en rapproche dangereusement). La toute fin m’a presque fait lâcher quelques larmes ce qui est plutôt rare, d’autant plus qu’elle est belle et poétique.

« Un idiot arrache les feuilles. Un brute abat l’arbre. Un sage détruit les racines. »

Tout comme le contexte et l’histoire principale, les personnages sont également bien écrits et surtout justes. Darrow est un Rouge qui s’élève et combat les inégalités et les Ors en adoptant les mêmes méthodes qu’eux. Cela d’ailleurs engage un dilemme intéressant. Darrow évolue sans cesse, se remet en cause, doute, ne perd jamais totalement espoir. Il est complexe et représente assez bien l’être humain que l’on voit comme fort et invincible, mais reste fragile et un homme avant tout. On a, d’un côté cet aspect humain avec la mort de sa femme, la perte de ses amis, ses remords à mentir, et d’un autre, l’aspect plus brut, un homme intouchable, avec une réputation de tueur et de génie, un être prêt à tout pour la liberté. Je ne peux pas vous parler de tous les personnages, mais sachez qu’ils ont tous leurs propres histoires, leurs caractères et leurs convictions bien différentes les uns des autres. Tous ont un psyché complexe et varié, comme dans notre monde ; on n’est pas tout blanc ou tout noir, et on ressent une variété considérable d’émotion.

« Mon fils, mon fils,
Souviens-toi des chaînes
Quand l’Or régnait sur ces plaines
Au son des cris
Nous avons lutté
Pour une vallée
Nôtre à jamais. »

Je vais tout de même faire un détour sur les personnages qui m’ont le plus marquée ; tout d’abord un personnages drôle, attachant et étrangement bizarre, j’ai nommé Sevro au Barca (et ses Loups). Ce doit être la personne qui m’a le plus marquée, en excluant Darrow.  Je peux également nommer Fitchner  (je ne dévoilerai pas son rôle pour ne pas vous spoiler car vous aller lire ce livre, pas vrai ?) ou bien Mustang même si j’ai un peu plus de mal avec elle. Chacun d’entre eux apporte un peu plus à l’histoire et à l’univers, ce qui crée indéniablement une ambiance incroyable (même si il y a pour le coup beaucoup de personnages et que parfois on ne sait plus trop qui est qui…) Il y a bien un lexique des noms (je suis désolée je ne sais pas comment ça s’appelle…) mais quand on est sur liseuse c’est pas pratique. J’en profite pour glisser un petit défaut ; il n’y a pas de carte (c’est pas facile de représenter l’espace et les différentes planètes, mais on n’aurait pu imaginer les plans de Mars ou de la Lune).

« Si ton coeur bat la chamade,
et que tes jambes sont toutes mouillées,
c’est que le Faucheur parade,
chez toi en toute liberté… »

C’est chronique est déjà beaucoup trop longue, et je ne pensais pas avoir tant de choses à dire. (Rassurez-vous c’est presque la fin). Un ou deux mots sur les relations entre personnages qui apportent un vrai plus ; l’évolution des personnes et de leur rapport au monde et aux autres est très intéressant et complet. SPOIL. C’est particulièrement visible quand Cassius apprend que Darrow a tuer son frère, ou que le monde entier apprend que Darrow n’est pas réellement un Or. Je ne vais pas m’étaler plus sur le sujet sous peine de rallonger la chronique. Mais comme tout le reste, ces relations apportent un réel plus et un relief particulier à l’histoire.

« Brisez vos chaînes »

♥♥♥♥♥ En conclusion, un véritable coup de cœur de l’été, une lecture exceptionnelle et fluide, des personnages complexes et attachants, une histoire aux enjeux multiples et aux rebondissements bien pensés et qui berne complètement le lecteur. A tous ceux qui veulent de la dystopie sans revoir les mêmes copies d’Hunger Games et Divergente, foncez, cette trilogie est incroyablement géniale !

Par Claire


7 réflexions sur “Parlons saga : Red Rising par Pierce Brown

  1. Pour moi aussi, cette trilogie a été un véritable coup de coeur 🙂 Par contre, je ne dirais pas qu’il s’agit d’une dystopie, ou du moins pas totalement, car l’aspect science-fiction est également très présent (même si la thématique de la révolution est clairement dystopique) 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Pour l’instant, je n’ai lu que le premier tome mais j’ai adoré et le tome 2 et 3 m’attendent dans ma PAL!! 🙂 Je pense que si je ne les ai pas encore commencés, c’est pour le côté « bataille spatiale » qui me fait un peu peur…J’adore Star Wars mais je n’ai jamais LU ce type de combat..J’ai peur d’être un peu perdue!

    Aimé par 1 personne

    1. Contente de d’avoir donné encore plus envie de le lire ! C’est vraiment une superbe trilogie ^^ Il faudrait que l’on trouve un moyen pour alerter les gens des différents spoilers plutôt que de les mettre en rouge, puisque cela les rend encore plus visibles…

      J'aime

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s