L’ombre du pouvoir par Fabien Cerutti

Je m’en vais – Phil Collins

L’ombre du pouvoir est le premier tome de la série le bâtard de Kosigan écrite par Fabien Cerutti et publiée aux éditions Folio. Le premier tome fait 507 pages.

XIVe siècle. Le chevalier assassin Pierre Cordwain de Kosigan dirige une compagnie de mercenaires d’élite, parmi les plus réputées d’Occident. Surnommé le « Bâtard », exilé d’une puissante lignée bourguignonne et pourchassé par les siens, il met ses hommes, ses capacités personnelles et son art de la manipulation au service des plus grand seigneurs d’Angleterre, de France et d’Italie.
Au mois de novembre 1339, sa présence en champagne, dernier fief des princesses elfiques d’Aëlenwil, ne doit certainement rien au hasard. De joutes verbales en tournois, de combats sans merci en diplomatie nocturne, de la boue des bas-fonds aux alcôves des palais, chacun de ses actes semblent servir un but précis. Bien malin qui pourrait déterminer lequel.

***

Offert encore une fois par Nina, ce livre a été une réelle découverte littéraire pour moi, qui ne suis habituée qu’à des roman de fantasy se passant généralement dans un autre monde. Ici, nous suivons le chevalier de Kosigan au Moyen-Age, mais pas n’importe lequel ! Dans cet univers se côtoient elfes et humains, ainsi que d’autres créatures malicieuses et féeriques.

« Celui qui vit par l’épée finit presque toujours par s’en prendre une dans le ventre. Il y a là comme une sorte de règle. »

Tout d’abord, le scénario, même si toutefois classique, bien mené et agréable à suivre ; des rebondissements et du suspense, une histoire complexe et des descriptions ni trop longues, ni trop courtes ; l’auteur a réuni tous les ingrédients pour faire un excellent livre. Toutefois, j’ai été moins emballée par les passages sous forme de lettres entre deux personnes d’un autre époque (18ème siècle) ; le descendant du chevalier de Kosigan et son ami, qui s’échangent des nouvelles sur le mystérieux héritage qu’a reçu le premier, et qui viendrait du chevalier en personne. Ce n’est pas inintéressant, au contraire, mais cela coupe l’action dans l’autre partie de l’histoire, et c’est très frustrant, surtout quand on se rapproche de la fin et que le fin mot de l’histoire va être prononcé.

Les personnages sont bien sympathiques à suivre, surtout le personnage principal, attachant tant par son caractère que par son langage. Il n’est pas exempt de défauts mais cela renforce ses qualités ; malin (presque vicieux), courageux et calculateur, il réussi le tour de force de travailler avec trois pays ennemis en même temps ! Il m’a rappelé le protagoniste de Red Rising, Darrow. On ne voit pas vraiment les autres personnages, qui restent très secondaires, sans pour autant perdre leurs substances ; notamment la reine de Champagne (une elfe), et sa fille, qui est au cœur de l’intrigue.

« On peut sans doute dire du Duc Eudes de Bourgogne que c’est un sale con arrogant qui n’écoute personne. Mais il faut lui reconnaître qu’il est fier et courageux . »

En conclusion : ♥♥♥♥ Une histoire et des personnages sympathiques, un livre fluide que l’on finit sans peine et dans lequel on ne s’ennuie pas.

Par Claire


6 réflexions sur “L’ombre du pouvoir par Fabien Cerutti

  1. Comme toi, je lis presque exclusivement des récits fantasy se déroulant dans un autre monde, et je dois dire que cette nouvelle saga me fait envie depuis un moment. J’en entends beaucoup de bien à chaque fois donc je pense me lancer bientôt.

    J'aime

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s