Comment réaliser une histoire bien clichée #1 : la romance (1/3)

Dans le cadre de la journée de la femme, nous avons voulu réaliser une série d’articles sur le thème du féminisme tout au long de la semaine. Chaque jour, un article sur le sujet sortira, que ce soit une playlist, un film, une présentation d’auteurs… Nous avons tenté de faire des articles variés. En espérant que cela vous plaise.

Vous êtes un(e) auteur(e) en manque d’inspiration et vous voulez tout de même surfer sur les tendances du moment ? Vous voulez être connu sans vraiment vous casser la tête pour écrire une histoire complexe ? Alors vous êtes au bon endroit ! Que ce soit une histoire d’amour dégoulinante de clichés et de déjà vu, une histoire fantasy qui reprend tous les codes et qui plagie s’inspire grandement des romans à succès planétaire, des thrillers et policiers sans originalité mais qui sortent tout de même chaque année, cette série d’articles est faite pour vous !
Aujourd’hui, nous plongeons ensemble dans les méandres boueux et dégoulinants de l’amour…

love-romance-heart-sunset-hands-shutterstock

Chapitre 1 :
Des personnages types pour bien débuter une histoire d’amour.

Nous voici devant une page blanche, prêts à commencer. Tout d’abord, il nous faut des personnages ; voyons, on ne va perdre notre temps pour un élément si peu important, non ? Il nous suffit de reprendre tout ce qui a déjà été fait, et de le mélanger savamment afin de créer l’illusion de personnages complexes et originaux.
Il faut que notre public type, une adolescente niaise et mièvre, s’identifie à notre héros… Ce sera donc une héroïne qui se trouve laide et se sous-estime constamment, mais qui en fait se révèle être superbe belle et qui fait tourner toutes les têtes en secret. Et bien oui, c’est le physique qui compte le plus dans une relation amoureuse voyons, il nous faut donc une héroïne pas forcément très intelligente, dans la moyenne disons, mais belle, sinon votre histoire ne sera pas vraiment réaliste. Vous pouvez la décrire rapidement en début de roman, et ne plus y revenir après, ou le moins possible. Pourquoi ? Mais c’est évident ! Les lectrices ne vont pas se souvenir du physique de notre héroïne et pourront s’imaginer à sa place ! Il faut qu’elle ait un caractère passif, une sorte de princesse en détresse qui n’a d’autre but que d’être sauvée par un beau jeune homme. On combine ce caractère avec une hésitation poussée entre deux garçons (ce qui constituera le cœur de notre histoire).
Petit conseil : Pour la description de notre héroïne, je vous conseille de prendre un élément de son anatomie et de bien insister dessus ; par exemple un toc avec ses cheveux, afin que les lectrices ne se souviennent que d’une seule chose. Et n’insistez pas trop sur son caractère moral, tout le monde s’en fout de la personnalité de l’héroïne, et cela évitera que quelqu’un découvre que son personnage n’est pas profond. J’allais oublier : donnez-lui un nom passe-partout, très commun. Toujours pour l’authentification avec nos lectrices évidemment !

Image associée

Bien, nous avons notre héroïne. Maintenant, et vous l’auriez compris, il nous faut deux garçons pour notre triangle amoureux. Là encore, pas de panique, il suffit d’utiliser les clichés habituels.
Notre premier garçon est donc un beau jeune homme blond aux yeux bleus, capitaine de l’équipe du sport du coin (foot, volley, basket ce que vous voulez) et qui est poursuivi par une horde de filles. Là plusieurs options s’offrent à vous ;
– Soit c’est un parfait connard qui sort avec toutes les filles qui lui passent sous la main mais qui en réalité n’est amoureux que de notre héroïne qui ne le voit pas immédiatement. Ce jeune homme se révèle prêt à changer pour notre belle héroïne.
– Soit c’est un garçon qui semble froid et distant avec tout le monde, jusqu’au jour où il bouscule notre héroïne dans le couloir en allant à la cafétéria pour s’acheter un pain au chocolat à 1 euro car il n’a pas mangé ce matin, et finit par la suivre partout et à vouloir la surprotéger car elle est trop belle… Vous avez compris le principe.
Vous pouvez également mélanger ces deux éléments, ainsi que rajouter quelques caractéristiques de votre composition, mais attention, ne poussez pas trop le personnage, et surtout ne le faites pas trop complexe, vous pourrez perdre certains lecteurs.
Notre second garçon est un jeune homme mystérieux et ténébreux, avec un sombre passé et une histoire dramatique qui va émouvoir l’héroïne lors du moment « émotion » quand notre prétendant numéro 2 va se confier pour la première fois sur sa vie. Encore une fois, on ne complexifie par trop le personnage, ce serait dommage d’essayer d’être un peu original non ?

Évidemment, il  nous faut d’autres personnages pour « étoffer » la vie de notre héroïne. Étant réservée, nous pouvons lui fournir une amie, voire deux, même si je vous conseille de vous concentrer sur une seule. Là, c’est au choix, vous pouvez faire un peu ce que vous voulez. Pour vous aider à vous lancer, voici un exemple ; une fille très extravertie, qui forcera l’héroïne à accepter les invitations des deux garçons, qui lit des histoires à l’eau de rose et qui se nourrit exclusivement de rêves sur un potentiel prince charmant beau et riche. Le physique compte toujours plus que la personnalité, mais si en plus il peut être riche c’est vraiment le must.

Vous pouvez également rajouter des parents à notre héroïne, un peu transparents, qui ne servent pas à grand chose mais qui pourront servir plus tard dans l’histoire, lors d’une fugue de notre héroïne, ou quelque chose comme ça.

Je tiens à préciser à l’issue de cette première partie qu’évidemment je ne cautionne aucun de ces clichés ; je ne fais que les dénoncer avec sarcasme, et en aucun cas je ne suis d’accord avec les préjugés évoqués dans cet article. La deuxième partie sera disponible samedi.

Par Claire


4 réflexions sur “Comment réaliser une histoire bien clichée #1 : la romance (1/3)

  1. Hello ! J’avoue que j’ai ri à la lecture de cet article ! Oui oui !!! Parce que j’ai reconnu tous ces clichés pour les avoirs bien sûr souvent rencontré ! Je lis pas mal de romances et il est vrai que nombre d’entres elles se ressemblent … mais pas toutes ! Des fois on a des bonnes surprises quand même. Et puis bon, on ne va pas se mentir, je plaide coupable … J’aime les clichés (pas taper !) 🙂

    J'aime

    1. Je lisais pas mal de romances quand j’étais plus jeune (nightworld notamment) mais maintenant j’y arrive plus ^^’ En tout cas, il y a des clichés dans pratiquement tous les genres, et j’avoue quand fantasy, je suis contente quand j’en retrouve certains 🙂

      Aimé par 1 personne

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s