Hex in the City : L’éventreur de San Francisco par Dorian Lake

Violet Orlandi – What I’ve done

couv63313131
L’éventreur de San Francisco est le premier tome de la série Hex in the City écrite par Dorian Lake et publiée aux éditions Noir d’absinthe en 2018. Il comporte 154 pages.

Un tueur en série sévit à San Francisco. Rien ne l’inquiète : ni la loi, ni les remords. Malheureusement pour lui, Taylor, une sorcière au passé trouble et au caractère de feu, décide de s’en mêler. À la croisée des genres entre fantasy urbaine, avec ses vampires, monstres et sorcières, et le polar, découvrez un récit sans temps mort, dans la lignée des meilleures séries télévisées américaines.

***

Ce livre était dans ma wish list depuis un certain temps et j’ai récemment eu l’occasion de me le procurer. Je l’ai aussitôt lu mais j’en ressors déçue. Je vous explique tout cela.

Nous suivons le personnage de Taylor, une jeune sorcière qui vit chez sa cousine Andréa le temps d’avoir suffisamment d’argent pour s’installer seule. Elle travaille au Witch Hour un bar de San Francisco. Mais ce qu’elle tente de cacher et qui en fait sa particularité, c’est que Taylor est une sorcière. Mais Taylor est aussi blogueuse et par ses relations elle va entrer en contact avec un tueur en série qui sévit à San Francisco et tenter de l’arrêter.

Il ne sait pas s’il doit applaudir sa volonté ou s’exaspérer devant cette prise de risques irréfléchie. Que pensait-elle pouvoir faire, seule contre un malade de ce genre ? Et quel secret cache-t-elle vraiment ?

Commençons par le background de ce roman. Pour moi qui lis peu de fantastique et de bit lit, en général j’accroche facilement avec des univers de vampires et de sorcières comme ici. Sauf que cela ne l’a pas fait. J’ai été assez déçu du manque d’explication quant à ces créatures : elles semblent se cacher des humains mais on ne sait pas pourquoi, on a pu croiser des sorcières et des vampires, y a-t-il d’autres créatures encore, on ne le sait pas non plus, les pouvoirs des uns et des autres… Cela est resté trop superficiel, comme si l’auteur souhaitait faire une mise en bouche de son univers. Et c’est dommage.

Cette superficialité je l’ai aussi retrouvée dans les personnages qui m’ont semblé très stéréotypés : Taylor est une sorcière provoc, Andréa une femme flic, Lionel un vampire manipulateur ou Jake un ancien flic reconverti en détective et qui boit trop… Ce schéma de personnages on le recroise souvent, que ce soit ensemble ou séparément et forcément je n’ai pas retrouvé cette petite singularité qui fait que je vais m’attacher à l’un ou à l’autre, on ne prend pas le temps de présenter l’héroïne ou du moins de l’introduire un minimum (mais on sait comment elle s’habille dès la première page).Comme si on attirait mon attention de lecteur sur des détails pour me donner l’impression de connaître les personnages, de leur donner une substance dans mon esprit sauf que avec du recul ils ne m’ont pas donné un souvenir impérissable, au contraire. Pour le coup, suivre l’histoire du point de vue d’un personnage auquel je ne me suis pas attaché, ce n’est pas intéressant. Pour donner le sentiment que Taylor est une femme forte, on lui fait commettre des actes inconscients et irresponsables… jusqu’à ce qu’elle ait l’aide d’un homme. Ce qui est ridicule et contre productif.

« La jeune fille possède un don inné pour rencontrer des gens dans n’importe quelle situation. Cela viendrait de ses pouvoirs magiques que Lionel ne serait pas étonné.
Il n’a jamais découvert, d’ailleurs, l’étendue de ceux-ci. Il n’en a pas eu le temps. »

L’intrigue évoquée dans le résumé n’apparait que dans les cinquante dernières pages et est résolue de manière excessivement rapide. Je n’ai d’ailleurs pas été convaincue par cette partie de l’histoire, mais je ne vais pas m’y étendre pour ne pas spoiler. Toute la partie précédente est une alternance de point de vue des personnages, nous introduisant des tranches de leur vie et les relations des uns avec les autres. Et on nous introduit aussi le personnage de Lionel, un vampire manipulateur qui conclut d’étranges affaires avec des hommes pas plus recommandables que lui. On ne sait pas grand chose de plus sur lui et je suppose que son histoire est développée dans la suite, mais en tout cas, dans ce tome-ci il manquait clairement quelque chose.

La fin introduit un nouveau personnage qui, je suppose, sera exploité dans le tome 2. Cependant, cela ne m’a pas convaincue de lire plus que cela la suite.

***

En conclusion : ♥♥ J’ai été plutôt déçue par ce livre qui ne correspondait pas selon moi à son résumé. L’intrigue est concentrée dans les cinquante dernières pages et sa résolution ne m’a absolument pas convaincue. Le développement des personnages m’a semblé superficiel. Néanmoins il ne s’agit que d’un premier tome d’une trilogie, dont les notes sur Livraddict ne font qu’augmenter. Donc sans doute les tomes suivant sont plus convaincants, pour ma part je préfère passer mon chemin car je n’ai pas été convaincue plus que cela par ce livre.

Par Nina


Une réflexion sur “Hex in the City : L’éventreur de San Francisco par Dorian Lake

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s