Et j’abattrai l’arrogance des tyrans par Marie-Fleur Albecker

Game of Thrones Main Theme in Medieval Style

couv65250382On se retrouve aujourd’hui pour parler inégalités, révoltes et bastons avec le livre Et j’abattrai l’arrogance des tyrans, écrit par Marie Fleur Albecker et publié Aux Forges de Vulcain en 2018. Le livre compte 195 pages !

En 1381, la grande peste et la Guerre de Cent ans ont ruiné le royaume d’Angleterre. Quand le roi décide d’augmenter les impôts, les paysans se rebellent. Parmi les héros de cette première révolte occidentale : John Wyclif, précurseur du protestantisme, Wat Tyler, grand chef de guerre, John Ball, prêtre vagabond qui prône l’égalité des hommes en s’inspirant de la Bible. Mais on trouve aussi des femmes, dont Joanna, une Jeanne d’Arc athée, qui n’a pas sa langue dans la poche et rejoint cette aventure en se disant que, puisque l’on parle d’égalité, il serait bon de parler d’égalité homme-femme…

J’ai vu passer ce livre il y a quelques temps sur l’instagram de Marinette, elle fait très fréquemment des recommandations de lectures sur des thèmes sociaux. Ce livre, en plus d’aborder les révoltes paysannes anglaises du XIV° siècle, parle également des inégalités hommes-femmes à la même époque.

Comme vous le dit le résumé, ce livre parle de la marche vers Londres des paysans révoltés contre Richard II et ses conseillers, car leur lois empêchent les paysans d’aller chercher du travail loin de chez eux. Tout cela rend leur mode de vie de plus en plus complexe, et les prélèvements de plus en plus fréquents pour rembourser les dépenses du début de la Guerre de Cent Ans les poussent à aller jusqu’à Londres pour faire entendre leur revendications.

Pour raconter tout cela, Marie Fleur Albecker adopte le point de vue de Johanna qui n’a absolument pas froid aux yeux. Si à l’époque la plupart des femmes se mariaient, faisaient des enfants et aidaient leur mari à entretenir l’exploitation, Johanna, elle, veut davantage. Elle prend la route avec son mari et les hommes de son village, participe progressivement aux discussions et marche sur Londres pour revendiquer ses droits. Tout au long de son trajet, elle se remet en question mais s’affirme aussi, entreprend de faire sa place dans un groupe totalement masculin, et bâtissant sa force sur les reproches qu’on lui fait parce qu’elle est une femme. Ses réflexions m’ont beaucoup plu, son courage et l’espoir qui la portent m’ont touchée.

« Première nouvelle, Jakke était marié. Johanna étant polie et vivant au Moyen Âge (époque où 90% de la population est maquée ou veuve – le reste c’est les curés et les moines), elle n’est pas totalement surprise. »

Comme vous le voyez, la plume de l’autrice est très particulière : sarcastique, personnelle, et relativement moderne ! Ce qui apporte quelque chose en plus à des faits du XIV° siècle. Le lecteur du XXI° siècle se sent plus concerné par les évènements, plus investis dans la révolte. Et on ne va pas se le cacher, cela rend aussi l’ensemble bien plus drôle ! J’ai eu le sentiment qu’une amie me racontait ces évènements, parsemant son récit de petites remarques personnelles. Pour moi, cela rend le livre d’autant plus marquant que je n’ai pas l’habitude de lire une telle plume. Et de mon point de vue, ce style est parfait pour décrire de tels évènements, car passionné, spontané… Même si c’est indéniable que l’autrice a tout pensé et tout travaillé pour que l’on ait ce sentiment !

En plus de raconter cette révolte, Marie Fleur Albecker fait des parallèles avec d’autres mouvements populaires postérieurs, notamment la Révolution française, mais aussi des manifestations bien plus contemporaines, au point que parfois, le langage employé confonde les époques : Vous voulez l’arrêter, arrêtez-le avec nous ! Ouais, et avec mon bâton dans la gueule en plus. On défie pas la justice du roi, connard, on dénonce les abus ! 

En parallèle de Johanna, nous découvrons aussi d’autres personnages, connus comme John Ball ou Wyat Tyler, mais également des anonymes qui donnèrent toutes leur force à ce mouvement. L’autrice nous met dans les pensées de plusieurs d’entre eux, privilégiant des monologues aux dialogues qui d’ailleurs sont presque inexistants. Nous faisons même un détour aux côtés des puissants afin de connaître leur ressenti sur ces évènements et j’ai trouvé cette alternance très intéressante. Aller dans les deux camps permet de prendre conscience combien ces révoltes sont minimisées et peu prises en compte par les plus puissants. Au fur et à mesure de leur marche vers Londres, nous avons aussi une description de l’environnement, de Londres, de la Tamise montrant combien il était difficiles pour les révoltés d’atteindre ce but. Ce qui rend d’autant plus attachant tout ce groupe !

« Londres, ce trou, culmine alors à cinquante mille habitants, soit à peu près l’équivalent de Charleville-Mézières aujourd’hui. Le pôle urbain. »

En conclusion : ♥♥♥♥♥ Ce livre fut un énorme coup de cœur pour moi. Le sujet et l’époque m’intéressaient beaucoup, et l’autrice a su, par sa plume et ses protagonistes me faire passer un très bon moment de lecture. Je vous conseille fortement ce livre, qui se démarque totalement de ce que l’on peut trouver habituellement !

Par Nina


4 réflexions sur “Et j’abattrai l’arrogance des tyrans par Marie-Fleur Albecker

    1. Coucou !
      Je comprends que ce point te fasse hésiter, néanmoins comme je le disais à Sophie lorsqu’elle a commencé à le lire, je suis convaincue que l’on s’habitue complètement à ce style. De manière plus large, je trouve qu’il est complètement conforme à la manière de penser des personnage, au sens que la plupart d’entre eux n’ont pas le même langage que le roi par exemple, et la franchise de l’écrivaine leur correspond totalement. Et même, je trouve que l’emploi de ce langage permet aussi une proximité avec notre époque, comme je le dis dans mon article, et permet donc de pousser la réflexion avec ce que l’on pourrait ou non vivre aujourd’hui !
      Donc je pense que rien que pour tout cela, tu ne dois pas te freiner au contraire ! 😀
      Après j’entends bien que l’on ne puisse pas accrocher, et j’espère que tu prendras autant de plaisir que moi à découvrir cette lecture (& au pire, le livre est très court aha) !
      Je te souhaite une belle lecture & je te remercie pour ton avis sur mon article !
      Nina 🙂

      J'aime

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s