Parlons Saga : Danny Valentine de Lilith Saintcrow

Nickelback – Savin’Me

Danny Valentine est une série de 5 tomes écrite par Lilith Saintcrow. Les quatre premiers tomes sont publiés en français aux éditions Milady. Le cinquième tome et le spin off de la série Selene ne se trouvent qu’en anglais.

Danny Valentine – tempérament de feu et nerfs d’acier – est nécromancienne. Elle loue ses services au plus offrant et ressuscite les morts comme personne. Pourtant elle se serait bien passée de ce contrat avec Lucifer lui-même. Mais comment refuser, et espérer rester en vie ? Engagée pour tuer le fugitif Santino, démon de son état, Danny se voit affublée pour garde du corps d’un autre démon en qui elle n’a pas confiance, et de deux médiums. Cela dit dans cette affaire, ce n’est pas d’amis dont elle a besoin, mais plutôt d’un miracle. Car la dernière fois qu’elle a rencontré l’invincible Santino… elle a failli mourir !

***

Je vais donc vous parler de la série Danny Valentine mais l’article sera un peu différent de d’habitude. Je vais beaucoup parler de ce que m’inspire cette série, de ma relation avec elle, mon ressenti et mon interprétation des personnages. Cet article a été assez difficile pour moi à écrire et peut paraître un peu décousu. Je l’ai fait à partir de réflexions assez personnelles, de remarques qui me sont venues à l’esprit en essayant de comprendre cette série. C’est donc vraiment un avis subjectif que je vous livre ici (certains pourraient dire que j’ai sur-réfléchi même) et je parle autant du livre que de l’effet qu’il a eu sur moi. 

J’ai choisi dans cet article de peu – voire pas – citer les livres mais plutôt la manière dont Lilith Saintcrow parle elle même de ses personnages, de son rapport à l’écriture qui m’a beaucoup aidée à comprendre la série elle-même et à accepter certaines choses. La traduction que j’en ai fait n’est pas une traduction professionnelle, j’ai une formation très académique en la matière, adaptée à un concours. Vous pourrez les trouver en bas d’article après la conclusion. Les extraits sont tirés des remerciements que l’autrice adresse à la fin du cinquième tome ou de son site même sur lequel elle en parle beaucoup – le lien se trouve juste ici.

I have often been asked about Danny and how she occurred to me. I’ve answered that question elsewhere. Another source of constant comment and query is Japhrimel and where he came from. To be honest, he wasn’t supposed to be more than a one-book character. Really, in the book I set out to write, he double-crossed Dante and left her holding the bag, infected with a demonic virus. The rest of the series he was pretty much a foil to her humanity, sort of a Mephistopheles.

On peut diviser la série en deux « arcs » : les deux premiers puis les trois derniers. J’ai une nette préférence pour le premier tome et le premier arc de manière générale (même si on voit beaucoup trop Jace dans le deuxième tome). Le premier arc est la partie où Dante (alias Danny mais je préfère tellement son prénom à son surnom…) est la plus saine, la plus cohérente et il n’y a pas encore trop de passages où je ne la supportais pas ou où je m’arrachais les cheveux devant son comportement. Le prisme du point de vue de Dante est tellement important dans le livre que si on n’y adhère pas ou si on ne passe pas outre, il devient très difficile d’aimer la série. Sinon je n’ai pas de reproche particulier à faire à l’intrigue : l’alternance entre action et réflexion dans chaque tome m’a plu (pour le côté réflexion je reviendrais plus tard dessus) et je ne peux pas dire que je suis ennuyée en lisant cette série. À aucun moment en fait … Si j’ai des choses à redire sur ce livre ce n’est pas de ce côté là.

L’univers m’a également beaucoup attirée et est très riche à mon sens : nous sommes loin dans le futur, avec des psions des êtres avec des facultés magiques mais aussi des créatures inhumaines qui vivent aux côtés des « Normaux » et une dimension démoniaque dont on sait très peu de choses. La dimension démoniaque, ce qu’était Japh, les coutumes et tout cela m’intéressaient énormément mais on a en vérité très peu d’informations dessus. C’est un choix délibéré de l’autrice : Japh dans la série refuse de donner des informations à Dante et le lecteur est confiné à ce que cette dernière sait. C’est terriblement frustrant pour moi et c’est un « reproche » que je peux formuler (si on peut considérer comme un reproche le fait de suivre la direction de son histoire). J’aurais aimé en savoir beaucoup plus. Encore une fois, avoir les explications de Lilith Saintcrow sur le sujet m’a aidée à accepter et surmonter ma déception en quelque sorte… En vérité, même à la fin de la série, nous sommes loin d’avoir toutes les réponses à nos questions et ça reste pour moi un point de déception. C’est cohérent avec l’histoire, Dante et Japh ont littéralement l’éternité devant eux donc je pense que Japh devra bien dire à un moment ou à autre ce qu’elle est à Dante mais ça reste frustrant en tant que lectrice d’être confrontée au fait que nous n’avons dans le fond qu’une partie de l’histoire que l’autrice nous présente.

He never quite tells Dante what it means, just like he never clues her in on some of the traditional prerogatives a hedaira could expect from her Fallen. In his mind, he has plenty of time to do that later, once she’s grown accustomed to trusting him.
Danny, of course, does not agree. In her mind, Japh should have laid everything out for her clearly from the start. Japh would argue that doing so would give her the means to hurt herself.

Dante m’a parfois énervée à trop réfléchir. Elle peut vraiment se montrer pénible là dessus surtout qu’on est que dans sa tête et je comprends l’agacement qu’elle a pu engendrer chez d’autres lecteurs (je crois en fait que c’est voulu par l’autrice). Son comportement échappe de plus en plus à la logique au fur et à mesure qu’on avance dans la série (les tomes 4&5 en particulier). Dante n’est pas une héroïne : elle est déplaisante, se sent coupable, ne fait confiance à personne et doute de tout, sans compter, il faut le dire quand même, qu’elle n’a pas la santé mentale la plus stable qui soit. Pourtant j’ai passé de bons moments avec elle : elle est intelligente, fait de son mieux malgré une vie qui en aurait tué plus d’un. J’ai souvent eu l’impression que la série, c’était aussi un peu la bataille de Dante pour conserver son humanité alors qu’elle-même n’est plus humaine. Sauf qu’elle ne sait pas ce qu’elle est et s’interroge aussi sur le bien fondé de l’abandon de son humanité. Dans la même page il m’est arrivée d’adorer certaines de ses réflexions et de refermer le livre de dépit trois lignes plus loin parce que ça n’allait plus.

J’aurais adoré un chapitre ou un extrait du point de vue de Japh. Ça reste le personnage le plus fascinant et le plus incompréhensible à mes yeux et que l’autrice avoue qu’elle connait les raisons derrière les actions de Japh dans toute la série m’a … Disons que ça m’a rendue horriblement curieuse, m’a fait repenser toute une partie de ce que je pensais avoir compris et quelque part frustrée aussi de ne pas savoir. Je fais partie de ces lecteurs qui aiment se plonger dans l’univers et veulent tout connaitre, en particulier lorsque j’ai aimé ou que cela m’a marquée. Japh se dévoile très peu dans les livres mis à part sur le fait que Dante est au centre de son existence. Leur relation n’est pour autant pas du tout aisée même si les petits moments de calme entre ces deux là m’ont totalement fait fondre. En revanche leurs disputes sont assez terribles parce qu’elles ne concernent jamais de petits sujets et au fond tournent autour de deux problèmes : la compréhension qu’ils ont l’un de l’autre (à savoir extrêmement limitée) et la confiance. Japh sollicite tout au long du second arc la confiance de Dante mais je n’ai jamais eu non plus l’impression que Dante lui lui faisait confiance. Japh m’a moins déçue que Dante car je n’étais pas dans sa tête je pense et que après le troisième tome, je me suis résignée à me dire qu’il n’irait pas dans la direction que moi je souhaitais, à savoir faire un effort pour Dante. Je pense que j’en ai attendu beaucoup plus de Dante de ce côté là.

J’ai eu de grosses difficultés à m’attacher aux personnages secondaires, encore une fois je pense que le prisme de Dante a beaucoup joué. Dante se répand rarement en sentiments sauf lorsqu’elle se sent coupable ou a des remords. Ils sont bien construits mais je pense que j’ai été trop prise par Japh et Dante pour réellement les apprécier. La série n’est pas un genre d’urban fantasy légère, j’ai été prise au dépourvue par certaines morts (je n’en dis pas plus) et c’est vraiment une série dure par certains aspects et qui permettent aussi de bien cerner le personnage de Dante. Ses incohérences, ses problèmes… sont assez réalistes par rapport à son passé, à ce qu’on devine qu’elle a vécu – tout est sous-entendu en quelques mots, rien n’est dit explicitement (comme un peu avec tout dans cette série) donc ce n’est pas non plus cru je dirai … Mais ce n’est pas du tout joyeux. Pour revenir aux personnages secondaires, on sait finalement assez peu de choses sur eux donc cela ne m’a pas aidé. J’ai détesté Jace (ne me demandez pas la raison) et il n’y a vraiment que pour Nikolai et Selene que j’ai eu envie d’en savoir plus, peut-être parce qu’ils m’ont fait penser à Dante et Japh sur certains aspects.

I often get fan emails asking about the finer points of the relationship between Fallen and hedaira, but I rarely answer them because it is complex. I didn’t get the chance to explain much in the books, mostly because they chose first-person and that POV has its own strictures. I knew exactly why Japh was behaving the way he was all the way through, but Dante didn’t, and the glimpses the reader can catch are all filtered through the lens of her perceptions. For better or worse, that’s the way the series wanted to be written, and I think it’s best. It is, after all, Dante’s story from first to last.
(…)
Besides, some things in the worlds I create are private, and meant just for me. There are mysteries I won’t ever clear up, because the reader’s individual answer is the most important one–and because I reserve some bits of the magic I create for my own sole use and enjoyment.

J’ai besoin de me dire que ça ira mieux pour Japhrimel et Dante, qu’un jour ils parviendront à se faire confiance ou du moins à trouver un équilibre qui leur est propre. Je pense que l’épilogue laisse cette possibilité là. J’ai vu dans des commentaires que les gens avaient l’impression qu’il n’y avait pas de fin. Je n’ai absolument pas eu cette impression : Japh reste avec Dante, et pour elle c’est l’heure de la guérison qui va prendre apparemment beaucoup de temps (je dirais quelques mots sur la courte histoire de Lia Spocarelli dans laquelle Dante fait un caméo). Cette histoire est aussi une histoire où des choses ne sont pas humaines : Japh ne pense pas et ne ressent pas comme nous et c’est une donnée importante à prendre en compte dans sa lecture.
Lilith Saintcrow a écrit une courte nouvelle sur Lia Spocarelli, la filleule de Dante qui est parue dans une anthologie anglaise The Mammoth Book of Vampire Romance. Le personnage de Lia m’a globalement laissée assez sceptique (elle m’a trop fait pensé à Dante) mais j’aimerais connaitre un point de vue extérieur sur la relation Japh/Dante et sur ses développements ultérieurs. L’autrice a avoué ne pas penser pouvoir écrire une trilogie complète sur ce personnage pour diverses raisons. Je trouve néanmoins que lire la nouvelle est une bonne manière de dire adieu à Dante et de clore définitivement la série.

Il y a des incohérences qui parfois se suivent, notamment dans le premier tome c’était flagrant. Je ne sais pas si ce sont des erreurs de traduction ou d’inattention de l’autrice mais c’est un des rares reproches réellement objectifs et fermes que je peux faire à cette série. Elles ne m’ont pas gênées outre mesure mais j’avoue que c’est le genre de choses qui fait tache dans un livre de dire une chose et son contraire trois lignes plus loin (j’aurais pu vous mettre l’extrait mais je n’en suis pas à ce degré là).

I remember calling Japh a Promethean figure once, and it amused him so much I had trouble getting any actual work out of him for weeks. Then I killed him, and that might have taught him a lesson if he hadn’t known I would be bringing him back. Damn demon. So Tierce Japhrimel, like every good character, rummaged through the dustheap at the back of my mind and came up with something wonderful, something I took as a writer takes these sorts of things—a gift not to be examined too closely in the heat of creation, for fear of the magic draining away. Danny’s world was another fish entirely. She was very definite about what had happened historically and what was going on now in her world, and had very strong opinions about both.
(…)
Danny and Japhrimel’s story is finished now. I don’t know if I’ll ever go back to their world. I don’t know if I told their story the best way possible, but I told it as best as I know how. I enjoyed every goddamn minute of it. (Even revisions.) I am glad I did it. Even if Japhrimel pulled a doublecross on me, and even if Dante is a difficult and unlikeable person sometimes, and even if I imagined a world that says more about me and my time than it ever will about the future. I had a Hell of a time.

Il faut que je vous dise tout de même quelques mots sur Selene, le spin off de la série centré sur Selene et Nicolai, deux personnages dont j’étais très curieuse. Globalement j’ai bien aimé ce livre mais il y a un point qui m’a dérangée : j’ai détesté les scènes de sexe dans ce livre. Pour vous expliquer, Selene est une taintrikken c’est à dire une sorcière qui a besoin d’énergie sexuelle pour vivre. Certaines de ces émotions comme la peur se transforment en désir sexuel qui si elle ne l’assouvit pas, la rend folle. Nikolai pourvoit à ce besoin, cette « malédiction ». Le truc c’est que le consentement de Selene est flou … même si son corps prend du plaisir elle reste victime de sa condition et de Nikolai qu’elle déteste/pour qui ses sentiments sont très compliqués ! Les scènes de sexe entre les deux m’ont donc profondément mises mal à l’aise surtout que parallèlement Selene pleure son frère décédé. En fait le livre relate aussi les événements qui ont conduit Nikolai et Selene à avoir une relation plus équilibrée, je dirais même plus saine en un sens. Pour cela j’ai beaucoup apprécié la fin. Comme dans Danny Valentine, je ne me suis pas arrêtée aux mots et aux pensées des personnages qui parfois ne suffisent pas pour les comprendre. Ce qu’ils font est parfois en contradiction avec ce qu’ils pensent et je me suis plusieurs fois demandée à propos de Selene et Dante si elles ne se mentaient pas à elles-même (je penche pour oui) mais pour un lecteur ce n’est pas explicite, c’est étrange … C’est à vous de faire l’effort de comprendre le personnage. Moi ça ne me dérange pas (je réfléchis même quand il n’y a pas besoin de toute façon) mais d’autres personnes ne l’ont peut-être pas compris comme ça ou n’ont pas compris les mêmes choses que moi des personnages.

***

En conclusion : Je ne noterai pas cette série, je refuse de le faire (Oui Nina je sais mais c’est mon article 😂). Je peux juste dire que c’est une série qui m’a profondément marquée, que la difficulté a été de comprendre. Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé plutôt que je le trouve en bord de falaise : si j’avais eu plus d’explications, d’éléments sur l’univers je sens que j’aurais pu beaucoup aimer cette série mais je ne les ai pas. En même temps, même si certains passages m’ont fait m’arracher les cheveux, je ne peux pas dire que je n’ai pas passé de bons moments. Bref vous l’aurez compris c’est compliqué. Pareillement, je ne peux pas recommander aisément cette série. Je pense qu’il faut connaître le lecteur en face avant de la recommander et qu’il faut en parler pour préparer un peu les attentes qui peuvent être très différentes et même changer au cours de la série.

Traduction des citations :

On m’a souvent posé des questions au sujet de Danny et comment elle m’était apparue. J’ai répondu à cette question ailleurs. Une autre source de commentaire et de questions constantes est Japhrimel et d’où il vient. Pour être honnête, il n’était pas supposé être plus qu’un personnage fait pour un seul livre. Vraiment, dans ce livre que j’ai entrepris d’écrire, il a doublé Dante et l’a laissée payer les pots cassés, infecté avec un virus démoniaque. Le reste de la série, il était pratiquement un repoussoir pour son humanité, une sorte de Méphistophélès.

***

Il ne dit jamais réellement à Dante ce que cela signifie, de la même manière qu’il ne lui donne jamais d’indices sur certaines des prérogatives traditionnelles qu’une hedaira pouvait attendre de son Déchu. Dans son esprit, il a largement le temps de le faire plus tard, une fois qu’elle s’est habituée à lui faire confiance. Danny, bien sûr, n’est pas d’accord. Dans son esprit, Japh aurait dû tout lui déballer clairement dès le départ. Japh affirmerait que faire cela lui donnerait les moyens de se blesser elle-même.

***

Je reçois souvent des e-mails de fans demandant à propos des subtilités sur la relation entre Déchu et hedaira, mais je leur réponds rarement car c’est complexe. Je n’ai pas eu la chance de beaucoup l’expliquer dans les livres, essentiellement parce qu’ils ont choisi une première personne du singulier et que ce point de vie a ses propres restrictions. Je savais exactement pourquoi Japh se comportait comme il était tout au long du livre, mais Dante ne savait pas, et les aperçus que le lecteur peut saisir sont tous pris à travers le filtre de ses perceptions. Pour le meilleur ou pour le pire, c’est de cette manière que la série voulait être écrite, et je pense que c’est le mieux. Il s’agit, après tout, de l’histoire de Dante du début à la fin. (…) En plus, certaines choses dans les mondes que je crée sont privées, et ne sont destinées qu’à moi. Il y a des mystères que je n’éclairerai jamais, car la réponse individuelle du lecteur est la plus importante – et parce que je réserve quelques morceaux de la magie que je crée pour mon seul usage et mon propre plaisir.

***

Je me souviens avoir comparé Japh à une figure prométhéenne une fois, et cela l’a tellement amusé que j’ai eu du mal à obtenir un réel travail de lui pendant des semaines. Puis je l’ai tué, et cela aurait pu lui apprendre une leçon si il n’avait pas su que je le ramènerais. Foutu démon. Donc Tierce Japhrimel, comme tout bon personnage, fouilla dans le tas poussière à l’arrière de mon esprit et revint avec quelque chose de merveilleux, quelque chose que j’ai pris comme un écrivain prend ce genre de choses – un cadeau à ne pas examiner de trop près dans la chaleur de la création, par peur que la magie ne s’enfuit au loin. Le monde de Danny était totalement un autre poisson. Elle était très claire sur ce qui s’est passé historiquement et ce qui se déroulait maintenant dans son monde, et avait une opinion très arrêtée à propos des deux. (…)
L’histoire de Danny et de Japhrimel est finie désormais. Je ne sais pas si je reviendrais un jour dans leur monde. Je ne sais pas si j’ai raconté leur histoire de la meilleure façon possible, mais je l’ai raconté du mieux que je sache le faire. J’en ai apprécié chaque putain de minute. (Même les révisions.) Je suis heureuse de l’avoir fait. Même si Japhrimel a poussé pour me doubler, et même si Dante est une personne difficile et désagréable parfois, et même si j’ai imaginé un monde qui en dit plus sur moi et mon temps que sur ce que sera jamais le futur. J’ai passé un sacré moment.

Par Sophie. 


5 réflexions sur “Parlons Saga : Danny Valentine de Lilith Saintcrow

  1. Je n’ai pas aimé le dernier tome (et j’ai été déçue de finir sur une note négative une série que moi j’aimais beaucoup) mais pour être honnête j’ai trouvé le passage à l’anglais vraiment difficile, et cela a certainement joué sur mon ressenti (en plus du fait que je ne pense pas avoir tout compris). Mais pour une fois j’ai trouvé Dante assez insupportable.

    Aimé par 1 personne

    1. Alors moi la grosse déception ça a plus été le quatrième tome que le cinquième. J’aurais aimé aussi une fin plus optimiste mais j’ai trouvé le quatrième tome beaucoup plus sombre que le cinquième. Je pense que Dante devient de plus en plus insupportable au fil de la série … En fait ce qui m’a surtout lassée, ce sont tous ses revirements d’opinion et de confiance vis à vis de Japh et des autres … Elle change tout le temps d’avis donc c’est un peu épuisant je trouve !

      J'aime

      1. J’ai adoré le 4e ^^
        Mais je suis d’accord pour Dante, dans le 5e j’avais juste envie de lui dire « mais putain décide toi une bonne fois pour toute !! » Ca m’avait trop soulée !

        Aimé par 1 personne

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s