American Gods de Neil Gaiman

Voltaire – When You’re Evil

American Gods - Neil Gaiman - SensCritique

American Gods est un livre écrit par Neil Gaiman (et oui encore lui !) faisant 600 pages et publié aux éditions J’ai lu. Comme la couverture du livre que je possède est vraiment moche (et que je suis sympa), je vous ai mis une affiche de la série en plus.

Petite anecdote en passant, le traducteur de la version que j’ai lu n’est nul autre que Michel Pagel, dont j’ai lu les deux livres La Comédie Inhumaine il y a peu de temps, que vous pouvez retrouver ici. (comme quoi le monde est vraiment petit).

Pourquoi j'ai adoré lire (et regarder) American Gods - Rockie

Dans le vol qui l’emmène à l’enterrement de sa femme tant aimée, Ombre rencontre Voyageur, un intrigant personnage. Dieu antique, comme le suggèrent ses énigmes, fou, ou bien simple arnaqueur ? Et en quoi consiste réellement le travail qu’il lui propose ?

En acceptant finalement d’entrer à son service, Ombre va se retrouver plongé au sein d’un conflit qui le dépasse : celui qui oppose héros mythologique de l’ancien monde et nouvelles idoles profanes de l’Amérique. Mais comment savoir qui tire les ficelles : ces entités légendaires saxonnes issues de l’aube des temps, ou les puissances du consumérisme et de la technologie ? A moins que ce ne soit ce mystérieux M. Monde…

* * *

« L’homme peuple les ténèbres de fantômes, de dieux, d’electrons, de contes. L’homme imagine, l’homme croit, et c’est sa foi, cette foi inaltérable, qui déclenche les événements. »

Et oui, parce que comme De Bons Présages, le livre écrit par Neil Gaiman a donné lieu à une série intitulée… et bah American Gods. Je ne parlerai pas beaucoup de la série (promis !) d’une part parce qu’elle n’est pas finie, et d’autre part parce qu’elle s’écarte pas mal du livre. Mais si jamais vous cherchez une série fantasy sympa celle-ci est pas mal ! (Mais un peu perché par moment).

Donc revenons en au livre. Comme De Bons Présages, j’ai vu la série avant de lire les livres, et c’est au détour d’un Gibert que les deux livres côte à côte m’ont attiré l’œil. Ayant vu les deux séries, je me suis dit que ça serait pas mal d’aller voir les originaux. Et me voilà plongée dans l’univers étrange de Neil Gaiman.

Ce livre est bon. Je veux dire pas seulement la manière d’écrire de Neil Gaiman (incroyable au demeurant) mais également son pitch de départ. Une guerre entre anciens dieux et nouveaux dieux. Bien sûr, la manière de l’auteur de traiter ce sujet le rend encore plus intéressant. Bon, il est plutôt lent à démarrer, mais il est bon. Sa plus grande force réside très certainement dans l’intrigue, qui contient moultes rebondissements sympathiques et qu’on ne voit pas venir du tout. Si le début m’a semblé un peu lent, j’ai réellement apprécié sa fin (même si il y a une accélération énorme dans les dernières pages). C’est donc l’histoire d’un ancien détenu, qui vient de finir sa peine, et qui apprend que sa femme Laura vient de mourir. Il rencontre Odin (je vais éviter au maximum de spoiler le livre, mais sachez que son identité ne fait aucun doute, et que le résumé est vraiment trompeur pour ça). Donc, il rencontre Odin, boit son hydromel et le voilà parti dans une guerre entre anciens dieux emmenés par les immigrants en Amérique, et nouveaux dieux du consumérisme et autres nouvelles technologies. Ombre (assez énervant par ailleurs) va essayer de survivre dans ce monde qui n’est pas le sien, en assistant à la « préparation » de la guerre. Si la fin est si incroyable, c’est que durant tout le livre, l’auteur sème des indices sur les mystères de l’intrigue. En connaissant la fin, on se rend compte qu’on aurait sûrement pu la deviner en interprétant correctement les événements.

« Toutes les vraies guerres se sont livrées entre deux groupes de gens sûrs de leur bon droit. Les individus les plus dangereux sont persuadés d’agir uniquement pour la bonne cause. Voilà ce qui les rend dangereux. »

Un exemple très concret mais attention TRÈS GROS SPOIL : Voyageur est un arnaqueur, et il raconte à Ombre plusieurs arnaques qu’il connaît. A chaque fois, l’arnaque se joue à deux. Deux personnes qui semblent au premier abord dans deux camps opposés, mais qui jouent en fait pour eux-mêmes. Et à la tout fin du livre, on se rend compte que la guerre entre les deux mondes étaient une arnaque jouée à deux, non pas destinée à faire gagner les vieux dieux contre les nouveaux, comme le clame Odin, mais une arnaque destinée à la gloire d’Odin et au chaos.

Je pense qu’une citation (un peu bateau par ailleurs j’en ai conscience) permet de résumer au mieux l’histoire d’American Gods : ne pas se fier aux apparences. Un personnage qui vous semble sympathique peut se révéler être une véritable raclure (et encore je reste polie). A part ce constat, aucun personnage ne m’est vraiment resté en mémoire. J’ai même trouvé par moment Ombre assez énervant. Voyageur rempli bien son rôle de vieux dieu énigmatique. Mis a part ces deux là, je trouve que le reste des personnages restent assez secondaires. J’aurais bien aimé connaître un peu plus les autres dieux.

Mis à part ces personnages, les passages un peu plus mystiques, notamment quand Ombre « rêve » font de ce livre un voyage onirique et totalement délirant par moment. Ça colle plutôt bien avec l’intrigue « guerre des dieux ».

Enfin, le livre est pour le coup vraiment différent de la série (promis je vais vite !). Et je trouve que la série développe mieux les personnages que le livre. On comprend mieux les relations entre les personnages, et pour le coup, même après avoir lu le livre, on continue de se demander comment tout ça va évoluer. (par contre si la fin ressemble à celle du livre je vais être chafouin).

« Il n’y a dans toute la Bible qu’un seul personnage à qui Jésus promet personnellement une place avec lui au Paradis. Ce n’est ni Pierre, ni Paul, ni aucun de ces gars-là : c’est un larron qu’on est en train d’exécuter. Alors, ne dites pas de mal des condamnés à mort. Si ça se trouve, ils savent des choses que vous ignorez. »

En conclusion : ♥♥♥♥ Bref, en un mot comme un cent, ce livre est génial, et si les personnages ne sont pas forcément les plus mémorables, il faut au moins lire ce livre pour sa fin. American Gods, c’est un livre cruel pour ses personnages, mais vraiment incroyable à lire.

Par Claire.


5 réflexions sur “American Gods de Neil Gaiman

    1. C’est vraiment un bon auteur, que l’on retrouve un peu partout aujourd’hui ! Quoique j’ai l’impression que ses livres sont assez inégaux (j’ai largement préféré American Gods à Neverwhere par exemple).
      Quoi qu’il en soit, si jamais tu as l’occasion de lire ses livres, fonces-y !

      J'aime

  1. J’ai d’abord vu la première saison qui m’a donné envie de lire le livre et je ne regrette pas, ça a été un voyage passionnant au côté d’Ombre et de ces dieux anciens et nouveaux. C’est un peu lent c’est vrai, mais j’ai totalement été transportée dans cette atmosphère mystérieuse. Je trouve justement que le rythme de l’histoire convient bien mieux au format livre qu’à la série, je me suis un peu ennuyée avec la saison 2.

    J'aime

    1. Pour tout avouer, je n’ai pas vu la saison 2 en entier, je me suis arrêtée à l’épisode 12 (ça me donne envie d’aller voir la fin de la saison d’ailleurs). En vérité, je trouve que le livre et la série sont pour le coup vraiment différents l’un de l’autre, mais ont la même atmosphère mystérieuse et onirique, comme si Ombre faisait un voyage initiatique. J’espère juste que la fin de la série sera aussi réussi que celle du livre !

      J'aime

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s