Les Romances Homosexuelles : le Grand Bêtisier des Ours

Bienvenue à vous dans ce dernier article de l’année, article né d’une idée un peu bête qui s’est évidemment transformée en défi : faire le grand bêtisier de mes deux articles sur les romances homosexuelles. Bon en vérité, cet article concerne surtout le deuxième article dédié aux MxM et en particulier deux séries : Bear Mountain et Bestiaire Amoureux, qui valent leur pesant de fou rire en la matière !
Bref vous l’aurez compris cet article existe surtout pour rire, se moquer gentiment des deux séries et d’autres anecdotes sur mes pérégrinations dans le monde du MxM. Je vous raconte donc sous forme d’un voyage (?) mes aventures en pays gay ainsi que mes questionnements quant à la cohérence de certains détails (je ne vous en dis pas plus). Vous n’êtes donc pas obligé.e.s d’avoir lu les deux articles pour lire le bêtisier mais si vous voulez jeter un oeil c’est gratuit 🙂 : ici et .
Dernier avertissement : dans cette chronique, il y a des blagues de sexe (restons poli.e.s) plus ou moins subtiles. Vous êtes prévenu.e.s et je vous défends de me dire que j’ai l’esprit mal placé (ou pire : de me rappeler que j’ai un badge initié en érotique sur Booknode). Je spoile aussi en long large et en travers (les blagues de sexe n’ont pas encore commencé voyons ! les dissidents du fond !) la série Bear Mountain ou du moins le peu que j’en ai lu (je ne suis pas complètement masochiste non plus …) pour ceux qui auraient eu envie après mes magnifiques éloges dans l’article, de la lire ! Enfin, le but est de rire ensemble, je ne dénigre pas ceux qui lisent ce genre de romans et qui les apprécient. Je suis plutôt consciente des défauts de mon propre genre favori et je sais en rire donc ne prenez pas l’article personnellement ou je ne sais quoi mais détendez-vous et riez un bon coup avec nous !

***

Si je devais choisir une chanson pour accompagner cet article ça serait On My Way, la version de Jonathan Young étant la meilleure évidemment ! N’hésitez pas 🙂

Il était donc une fois … Je trainais sur Booknode à la recherche de nouveaux livres MxM. Ayant lu le meilleur, je ne sais pas, mais en tout cas du très bon, je voulais désormais voir ce qu’il y avait à l’autre extrémité. Je ne sais pas pour vous mais dans ce cas, j’utilise ma technique « rechercher par Thème » sur Booknode et j’ai tendance à cliquer sur certaines couvertures qui attirent mon regard.

Bear Mountain, Tome 1 : Lié à deux ours - Livre de Kelex
Je vous promets que c’est le titre qui m’a fait cliquer dessus. Vous avez intérêt à me croire !

Voilà comment je suis tombée sur le premier tome de Bear Mountain, Lié à Deux Ours. Et au début, pour vous raconter l’anecdote vraiment complète, je n’ai pas compris le titre. Je cherchais des romances : un mec + un mec. Mais non. Il y a bien quelqu’un dans ce vaste monde qui s’est dit que ça serait drôle de faire une série de 22 TOMES (OUI 22 TOMES VOUS AVEZ BIEN LU) sur des métamorphes ours. Tous gays. ET TOUS EN TROUPLE. Pour ceux qui auraient besoin d’explications pour y croire, un trouple c’est un couple de 3 personnes. Comme déjà dit dans un précédent article : je vous laisse imaginer le taux de testostérone sur la purée de montagne !
Pour revenir au présent de l’écriture, je suis restée 10 bonnes minutes à tour à tour, fixer mon écran, rire de manière hystérique et très nerveuse sans pouvoir m’arrêter, fixer mon écran, relire le résumé (il arrive un peu de patience), rire de manière hystérique et très nerveuse. Voilà comment tout a commencé.

Fangirl célibataire, 9 choses à éviter pour trouver l'amour | fan2

Récemment quitté, Carson Davies décide que les vacances qu’il avait prévues pour sa petite amie – dans l’espoir d’arranger leur relation vacillante – sont l’escapade parfaite pour se vider la tête. Quelques jours de solitude, des randonnées le long des pittoresques Bear Mountains correspondent à ce qu’il pense avoir besoin pour continuer à avancer. Mais dès qu’il arrive, il est choqué par la réaction sensuelle qu’il éprouve vis-à-vis des deux propriétaires… des deux propriétaires masculins. Carson n’a jamais été attiré par un homme, il lutte donc contre le sentiment bec et ongles.
Royce et Jared reconnaissent leur compagnon dès qu’il franchit la porte du chalet. Ils sont prêts à revendiquer ce qui leur appartient, mais savent qu’ils doivent se montrer prudents. L’homme en question se voit comme hétéro, mais c’est le dernier de leurs problèmes. Ils devront lui révéler sa véritable nature, ainsi que leur ours intérieur, espérant que cela ne le renverra pas chez lui.
Les métamorphes n’ont que trois jours avant que l’humain rentre chez lui. Dans un si court laps de temps, ils devront prouver à Carson à quel point ils sont liés et espérer qu’ils pourront le séduire et le convaincre de s’abandonner.

Voilà pour le résumé du premier tome. Jusque là, je n’ai perdu personne ? Bien. Continuons alors !
Au départ, en voyant les titres étranges, je pensais que quelqu’un avait eu une idée encore plus saugrenue : faire 22 tomes avec que des triangles amoureux dedans. Autant dire que ça collait parfaitement avec ce qui serait mon enfer personnel. AH OUI. Pourquoi est-ce que les titres sont étranges ? C’est très simple : pour obtenir un titre dans cette série, vous prenez le titre du premier Liés à deux ours et vous changez le verbe en gardant la fin. ATTENTION ! Parfois il y a un petit troll & des difficultés : des animaux se rajoutent au fur et à mesure de l’histoire ! Bah oui pourquoi ne pas s’amuser un peu en ajoutant des cerfs (métamorphes hein soyons clair) du troupeau qui broutent dans la plaine d’à côté …

Good morning, everyone. Love, Canada. - GIF on Imgur

Bref, j’ai donc poursuivi mon exploration de cette série puisque je ne suis pas une personne à faire les choses à moitié. Laissez-moi donc vous présentez certaines perles parmi les résumés et mes commentaires qui vont avec évidemment !

RÉSUMÉ DU TOME 2 (Réclamé par deux ours …..)
Élevé par des ours-garous, Paul s’est toujours senti à part. En tant qu’humain, il n’est pas autorisé à jouer un rôle actif dans la communauté des métamorphes qui l’a entouré toute sa vie. Quand son travail à Bear Mountain est remis en cause, il envisage de quitter la seule maison qu’il a toujours connue pour partir à la recherche de l’élément qui a toujours manqué dans sa vie.
Les bêtas, Brynn et Tomas attendent leur compagnon humain depuis de nombreuses années. Quand un nouveau-né orphelin est déposé sur le seuil de leur porte, ils savent qu’il grandira un jour afin de devenir leur partenaire. Ignorant leurs instincts protecteurs, ils quittent la vallée, laissant l’homme derrière eux, car qu’ils ne peuvent pas faire partie de sa vie ou bien ils menaceraient l’avenir qu’ils partageront un jour.
Quand les deux ours reviennent enfin pour découvrir que Paul est devenu un homme, ils savent qu’il est temps pour eux de réclamer celui qu’ils ont toujours su être à eux.

Je trouve ce résumé assez glauque en fait. Encore plus une fois qu’on a lu les pensées des ours envers leur compagnon. On parle d’un bébé… Pour moi c’est trop limite, ça me rappelle les histoires d’hommes qui élèvent des fillettes pour en faire leurs femmes plus tard (oui vous savez dans une certaine comédie de Molière …). Alors visiblement ils sont partis. Mais bon, la façon dont c’est présenté ne me remplit pas d’assurance et de félicité …

« Un ours s’accouple avec un humain, pas avec un autre ours. Du moins, c’est ce qu’a toujours dit l’ancienne loi des ours. C’est une vérité que l’on apprenait aux oursons dès l’école. »

PTDR. Là je me suis dit « Mais ils remettent ça en plus ! » Pour ceux qui sont (comme moi à vrai dire) pas toujours familiers avec les sigles, cela veut dire « pété de rire ». Je l’utilise aussi dans certains contextes pour « put-rée de ras le bol ». Sachant que lorsque j’ai découvert cela, on hurlait au scandale sur les tenues des filles au collège et au lycée, mais nos politiques n’ont pas lu ces livres. Je trouve que le trait est trop forcé de mettre ‘ourson’ donc un enfant de quoi 5 ans, dans la même phrase que « accouplement ». Ça commence donc dès l’école sur cette montagne … Je comprends mieux tout plein de bizarreries que j’ai remarqué ensuite ! Sachant que cette phrase est extraite du résumé du tome 4 (Promis à deux ours, hé oui on ne s’arrête jamais ici) et par la suite … Il y aura pleeeiiiin de trouples avec que des ours. Ou des cerfs mais eux, ça compte pas. Tout ça pour dire que la loi est un peu en carton papier mâché à mon avis. (c’était le troll de Grand-Père Ours contre la crème magique ! Un petit peu de difficulté !). Avant de vous expliciter tout ça, je vous laisse avec le commentaire en or de Nina sur le sujet :

« J’imagine Jean Michel Blanquer lire Bear Mountain dans son lit de soie avec son petit bonnet de nuit »

TOME 10 (Un shérif pour deux ours)
Joshua Running Bear est dans la tourmente. Le chaman millénaire ne parvient plus à entendre les voix de ses ancêtres, plus depuis la naissance de son successeur. Il s’attendait à mourir lorsque ces derniers n’auraient plus besoin de lui, voilà pourquoi il fut grandement surpris de constater qu’il rajeunissait de jour en jour.
Toutefois pas aussi surpris que lorsqu’il rencontre son âme sœur – qui n’est autre qu’une femelle métamorphe. Plus il essaie de s’en approcher, plus Hannah le repousse. Tout ne se passe pas comme prévu avec l’ourse, d’autant plus qu’il s’apprête à découvrir le sombre secret qu’elle garde précieusement.
Joshua ressent également une attirance envers le shérif de la réserve, Mattheu. Il n’est pas son compagnon, mais quelque chose les pousse l’un vers l’autre. Pour rajouter un peu plus de folie à la vie de Joshua, Mattheu a un tueur à ses trousses.
Joshua peut-il les garder en sécurité assez longtemps pour les réclamer tous les deux ?

Le meilleur de tous. Si je comprends bien, dans ce résumé : il n’y avait pas suffisamment d’hommes dans la montagne des ours et la plaine des cerfs réunies donc on a fait RAJEUNIR Pépé pour pouvoir le caser. Qui fait ça dans un livre, sérieusement ? Mais bon passons. AH. Une femme, enfin une. Attendez. Un sombre secret ? Genre très gros et très lourd qu’elle garde précieusement ? Mais, pour dire les choses subtilement, elle ne le garderait pas entre les jambes, son très sombre secret ? Non mais franchement … Je n’ai pas lu pour savoir si c’était ça et je ne lirai pas. Si ça l’est, je meurs de rire. Même si ça n’est pas ça … Concédez-moi au moins que la formulation est clichée ? S’il vous plait.

***

*Retour après une petite pause pour se remettre les idées en place = 3 jours loin de cette série retourne-moi-le-cerveau*
Où nous en étions nous donc arrêté.e.s? Ah oui. Les résumés. Après avoir longuement pesé le pour et le contre (c’est faux), je me suis lancée dans la lecture du premier tome de Bear Mountain (encouragée par mon entourage, plus excité que moi face à ma dernière trouvaille) ainsi que du tome neuf. Eh bien oui, moi étant moi, je ne pouvais pas décemment lire cette série loufoque dans l’ordre. Je vous livre donc le dialogue qui sert de base à cette chronique et qui a suivi cette lecture, parsemé de petites citations dûment choisies (comme dans un restaurant gastronomique et avec le ton qui va avec s’il vous plait)

AVERTISSEMENT : la conversation qui suit a été épurée d’un certain nombre de mots considérés comme inappropriés voire grossiers. Les répliques ont été également remaniées pour rendre justice à l’image des intervenantes.

Nina : Donc tu disais que tu avais des trucs à raconter sur Bear Mountain ?
Sophie : Ah ça, ça ne manque pas non !
Nina : Tu as des exemples ?
S : Ce n’est pas très raffiné (ce commentaire est faux, n’a pas du formulé de la sorte et a été repris maintes fois pour le rendre décent)
N : Pas grave, dis toujours !
S : Bon attends, je réfléchis… OH JE SAIS. Il faut savoir que les deux ours sont souvent ensemble depuis méga longtemps. Mais t’as quasi pas de background pour eux. Juste ils popent. Genre * it’s raining men Alléluia it’s raining men * Donc déjà, deux personnages principaux qui sortent comme ça de nulle part.
N : Mais ils sont déjà ensemble quand le troisième arrive alors ?
S : Bah oui. C’est très bizarre.
N : On dirait un peu qu’il n’y a qu’une seule personne qu’on a coupé en deux non ?
S : Exactement. Je te jure. Tu comprends qu’ils couchaient déjà ensemble que quand ils montrent la salle de BDSM quoi.

[ … ]
S : Bon et puis il y a un truc vraiment What the hell 😂 Dans le premier tome, le mec se pose plus de questions sur le fait qu’il se découvre gay que sur le fait que les métamorphes ours existent ! 😂 C’est taré !

« Royce le dévisageait ouvertement, comme Jared l’avait fait. Deux grands types velus et gays, aussi larges que des ours, sur les Bear Mountains. C’était presque un cliché. Vraiment dommage pour eux deux. Carson était aussi hétéro que possible. »
(10 pages après cette citation, il couche avec eux. Je vous promets, J’AI COMPTÉ)

[ … ]
S : C’est vrai quoi quand tu penses à cette montagne de mecs avec que des trouples homo tu te dis forcément : comment font-ils pour se reproduire ?
N : Mais c’est vrai ça dis donc !
S : Je cite :

« Enceint ? Mais bien sûr… Je n’ai pas la bonne plomberie pour ça.
— Les métamorphes-ours n’ont pas besoin d’une plomberie de femelle, comme tu l’appelles. 
[…]
— Par où sort-il ?
Royce gloussa.
— En gros, on a recours à une césarienne. »

S : Voilà. Un mec ENCEINT. Et ça fonctionne avec les humains aussi. Note l’agréable comparaison d’une plomberie chez les femmes.
N : Mais à quoi vont-ils comparer les douleurs de règles ?
S : Mieux vaut ne pas savoir !
N : Mais attends. Ça fonctionne juste comme ça ?
S : Excellente question ! Parce que voilà. Il y a une condition quand même pour que ça fonctionne cette histoire. Il faut que les deux ours prennent en même temps le troisième compagnon. Je ne pense pas que j’ai besoin de te faire un dessin. Il faut qu’ils jouissent en même temps. D’où la nécessité du trouple d’ailleurs.
N : Mais. Y a… qu’un….trou ….. 😳

« Une ancienne concoction que nous, les ours, utilisons depuis des années pour des moments comme celui-ci, répondit Royce. »

S : Oui … Y a un lubrifiant spécial « une recette d’ours gardée secrète depuis plusieurs siècles » … Bref, dans cette fiction tu as de la sodomie TOUT LE TEMPS. Phallocentrisme même entre hommes … C’est dingue.
[ … ]
N : Si tu devais choisir une phrase pour résumer tout le livre ça serait quoi ? XD

« Tu es parti à peine deux jours et tu renonces à toute ta vie pour aller t’installer sur la Bear Mountain ? Je n’y crois pas, Carson. »

Brother Bear On My Way GIF - BrotherBear OnMyWay Koda - Discover & Share  GIFs

***

Tout le monde est toujours là ? On respire un grand coup et on re-plonge !
Après ces lectures assez … terribles – j’ai quand même failli m’étouffer d’incohérence et mourir de rire en même temps, c’est plus dangereux que ça n’y parait ces lectures là – j’avais tellement honte de ce truc que je n’osais même pas le rentrer dans mon Booknode, alors le bilan ou le blog … Enfin je veux dire. Regardez les couvertures !

Entre les marcels moches, les pectoraux divins du paradis de la testostérone et les regards déterminés … C’est épique quand même. En plus je vous promets que après la lecture de deux tomes seulement, je peux vous faire le résumé de tous les autres tomes. Par résumé j’entends : l’intrigue !
ALORS ! Ça commence par LA rencontre du dudit humain/ours/personne dont « l’engin » (nom cache-misère subtil) n’est pas qualifié de gros/imposant/impressionnant contrairement aux autres. Ensuite l’hésitation, la rebuffade, la fuite donc intervient le minimum syndical d’action du coup. À savoir, course poursuite, remords des deux protagonistes de ne pas avoir su s’y prendre, on se débarrasse d’un gêneur (méchant ?) potentiel presque par accident le plus souvent ! Ensuite LE retour et l’acceptation de cette relation pour le moins … originale. LA GRANDE SCÈNE DE REVENDICATION. Et enfin l’épilogue tout nunuche où il y en a un qui est ENCEINT. Voilà. (Ah donc oui à chaque fois vous avez cette curieuse image d’un homme enceint dans votre tête). Donc NON, je ne lirai pas les 23 fucking tomes juste pour confirmer ce que j’en ai déduit après 2 tomes.

La preuve par le résumé du tome 9 (Un Béta pour deux ours………….)
Osez me dire que ça ne va pas se passer comme je l’ai dit
(oui ça va, je l’ai lu donc je limite les risques … Mais j’ai une réputation à préserver moi avec cette article)

Tout ce qu’il désirait, c’était d’être libre
S’affranchir des stigmates de l’ignorance, se libérer de cette vie atroce dans laquelle il avait vu le jour. Se libérer des entraves des deux mâles vicieux qui l’avaient élevé.
Après la mort de ses pères, Tyler pensait qu’il pourrait finalement recouvrer sa liberté, seulement pour réaliser qu’il n’y avait désormais plus personne pour prendre soin de ses quatre plus jeunes frères.
Dmitri et Barron savent que Tyler est leur compagnon, mais l’idée d’accueillir une famille de cinq personnes est pour le moins décourageante. Ajoutez à cela qu’il s’agit des oursons sauvages de la famille McCreary, ça leur flanque le tournis. Pourtant, ils n’abandonneront pas leur compagnon, ni les petits qui ont besoin d’eux.
Tyler ne veut pas admettre avoir besoin de leur aide. Sa fierté l’en empêche et les place tous dans une situation dangereuse. Dmitri et Barron peuvent-ils aider Tyler et les garçons à retrouver leur chemin et à devenir la famille qu’ils méritent tous d’être ?

AH OUI ! Dans un commentaire qui m’a fait rire (jaune vert d’ailleurs), une lectrice disait qu’elle ne savait pas entre les deux ours (pas l’humain évidemment) qui était l’alpha / le plus dominant. MAIS J’AVAIS ENVIE DE LUI RÉPONDRE : mais c’est évident voyons. Il y en a qui a un « gros » engin et un autre un « très gros » / « extrêmement  gros » / « un monstre surnaturel entre les jambes ». Celui là c’est l’alpha. C’EST ENCORE ET TOUJOURS UNE QUESTION DE TAILLE.
CE À QUOI « ON » M’A RÉPONDU (dans une conversation tout aussi épique) : Au moins tu ne te poses pas de question hein. Tu prends une règle, tu mesures et puis c’est bon.
Seconde réflexion toujours pertinente : Ils ont une érection perpétuelle aussi. Un concept scientifique et biologique des plus intéressants à mon sens.
CE À QUOI « ON » M’A RÉPONDU : Ça doit être grâce à des cachets spéciaux créés par grand père ours.

Non GIF | Gfycat

***

Bon. Pour terminer je vous fais tout de même le sketch des couvertures de Bestiaire Amoureux (le meilleur pour la fin). Donc voilà un peu le topo : vous avez une petite Sophie qui est sur la page de la série sur Booknode (pour les néophytes : ce n’est pas tome par tome mais tous les tomes que l’on fait défiler les uns après les autres sur une même page). Donc je fais défiler ces couvertures FRANÇAISES en lisant les résumés, comme ça, encore innocente.

Alors dans l’ordre de gauche à droite !
Le premier tome
Le deuxième tome
Ma favorite ! Le tome 4 ! On peut voir la chemise du shérif ! 🤩🤣
Le tome 4 partie 2 (bah oui c’est pas marrant sinon …) Ça c’est censé être le petit d’un mètre soixante quinze, terriblement complexé par son apparence …

Jusqu’à tomber sur ça :

Toujours dans l’ordre … :
Ma favorite, la golden, celle qui résume tout … Le sixième tome !
Le septième, on ne fait pas les choses à moitié ici !
Le tome 1 a une autre tête hein sous cet angle ?
Le tome 4 … On dirait la scène de recrutement d’un gang !

D’habitude je suis la première à dire que les couvertures américaines sont meilleures que les françaises. Mais là … Les couleurs ! On dirait BARBIE ! Sauf qu’il n’y a que des Ken. Aux regards lubriques de harceleurs avec des corps étrangement proportionnés.

Sérieusement ? Qui échange ce genre de regards en faisant la cuisine ?

***

Vous voilà au bout de cet article, félicitations aux courageux survivants ! Je vous ai épargné un certain nombre de choses car même si ici, nous n’avons pas toujours un humour très raffiné (euphémisme), je ne voulais pas être vulgaire ou choquante pour qui que ce soit (sachez tout de même que malgré ce qu’on raconte dans Bear Mountain, la boue n’est PAS un bon lubrifiant donc ne faites pas ça en plein air). Je vous souhaite une bonne année, d’aussi joyeuses fêtes que possible et n’oubliez pas : se plonger dans un livre, c’est le meilleur geste barrière qui soit et le plus plaisant aussi ! 🙂

Par Sophie.


3 réflexions sur “Les Romances Homosexuelles : le Grand Bêtisier des Ours

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s