La Confrérie de la Dague Noire tome 1 : l’Amant Ténébreux de J. R. Ward

L’Amant Ténébreux est le premier tome de la série La Confrérie de la Dague Noire qui compte 20 tomes, écrite par J. R. Ward et publiée en français aux éditions Milady. Le livre compte 391 pages.

Kolher est le dernier vampire de sang pur sur la Terre, ainsi que le dernier membre de la famille royale. Il est également le chef de la Confrérie de la Dague Noire, un groupe de vampires qui combattent les éradiqueurs pour la survie de leur race. Mais quand Audazs, l’un d’entre eux, lui demande de protéger sa fille -mise en famille d’accueil pour son propre bien- s’il lui arrivait quoique ce soit, Kolher refuse. 
Par ailleurs, la fille de Audazs, Beth, est une sang-mêlée, ce qui promet encore plus de problèmes lors de la transition. Mais lorsque Audazs meurt, tué par les éradiqueurs, Kolher se résoud à la prendre sous son aile, du moins jusqu’à sa transformation, avant de la confier à un autre mâle qui saura la protéger. 
Sauf que la jeune femme, en plus d’être d’une beauté renversante, a un caractère bien trempé. Bouleversé par cette rencontre, Kolher se sent irrésistiblement attiré par elle, comme il ne l’a jamais été…

***

Chose promise, chose dûe, je suis de retour cette fois-ci avec une chronique ! J’ai lu cette semaine (et cela m’a pris un peu de temps) le premier tome de la confrérie de la dague noire que je n’ai – manque de bol – mais alors pas du tout aimé. J’ai retrouvé dans ce livre tout ce que je n’aime pas voir dans un roman bit lit ainsi que tout ce qui me lasse de manière générale tellement c’est cliché ! Je vous raconte tout ça et je vous préviens, je râle beaucoup et je spoile méchamment pour bien vous expliquer pourquoi je n’ai pas aimé.

Non ! Un mâle protège, jamais l’inverse.

Je pense que cette unique citation résume une bonne partie de mon sentiment à propos de ce livre : il est machiste. L’autrice a construit un univers qui tourne autour d’une société vampire (spoil : pratiquement décimée) et celle-ci est régie par une entité nommée la Vierge Scribe. En face – l’antique combat du bien à longues canines contre le mal, lui est albinos cette fois-ci – se trouve l’Oméga, entité maléfique qui transforme des méchants humains (la lie de notre société ….) en éradiqueurs, une sorte de super tueurs immortels. Pour se protéger, les vampires ont donc monté la Confrérie qui se bat pour eux contre les éradiqueurs. Si je vous résume la situation, ça donne cela : dans cet univers, les vampires de la Confrérie, qui sont seulement neuf se battent pour protéger une espèce. Attendez. Seulement NEUF ? Mais WHAT ? Une armée contre neuf mecs quoi … Ah non c’est pire que ça. Ils ne sont que SIX au début du bouquin alors que l’espèce est en voie D’EXTINCTION. La moquette fumée était certainement celle des studios Marvel.

Mon espèce survit grâce à l’action de mes frères d’armes et à la mienne.
– À peine, En fait elle ne cesse de décliner au lieu de croître. La seule colonie est celle de la côte Est des États Unis. Et même les membres qui la composent vivent isolés les uns des autres.

C’est là que je vous spoile bien : Kolher – notre personnage principal sur lequel nous reviendront longuement – est de lignée royale. En vérité c’est le seul qui reste. MAIS IL NE VEUT PAS RÉGNER ET PRÉFÈRE CASSER DU MÉCHANT TOUT EN SOUTENANT QU’IL EMPÊCHE SON ESPÈCE DE DISPARAITRE. C’est absolument illogique ! Si tu veux aider, alors prend la tête de tout ce petit monde et fais des réformes ! Ça lui prend tout le bouquin pour décider ça. C’est à la fin, après des millénaires pendant lesquels les vampires ont presque disparu, que Kolher-le-vampire-le-plus-intelligent-du-monde décide de changer les choses et de recruter un peu plus que 9 pelos pour défendre une espèce entière …. Et moi qui pensais que c’était du bon sens.

Tohr, tout va bien. Je suis une femelle. Je pleure aux mariages. C’est dans la description du poste.

Pour continuer un peu notre tour d’horizon de l’univers, les femmes vampires sont aussi beaucoup moins nombreuses que les hommes. Oui d’ailleurs homme et femme c’est trop compliqué à dire, ici on va parler de mâle et de femelle (avec toutes les connotations qu’il y a derrière parce que je suis désolée, il y en a). La femme est un cliché (cf citation si vous aviez besoin d’un exemple). Entre le mépris de la bande de machos de la Confrérie et Beth le cliché ambulant, en plus des règles de la société vampire … J’ai eu souvent l’impression que l’univers servait de justification aux clichés machistes présents dans le livre. Il n’y a pas beaucoup de femmes mais les mâles peuvent tout de même avoir plusieurs compagnes. L’inverse en revanche … On ne pouvait pas imaginer un matriarcat ? Ou au moins des femmes dont le rêve n’est pas d’avoir une cuisine parfaite (je vous épargne la citation …). De la même manière, apparemment chez les éradiqueurs, il n’y a que des hommes. Idem dans la Confrérie évidemment … J’ai été extrêmement agacée par tous ces clichés et ces remarques. Ça m’est littéralement sorti par les yeux.

Mais elle ne pouvait simplement pas imaginer Kolher trancher la gorge d’une pauvre femme sans défense et la laisser agoniser dans une ruelle. C’était un guerrier, pas un tueur. Et même si il agissait dans le cadre de la loi, elle ne pouvait pas l’imaginer tuer quelqu’un qui ne l’avait pas menacé.

Dixit le mec qui passe le bouquin à menacer de mort tout ce qui bouge et qui a étranglé devant elle son copain flic parce qu’il avait le regard baladeur …. Mais bon passons.
Un autre détail à plomber une lecture et qui m’a été très pénible : le sexe partout, tout le temps, en toutes circonstances. C’était juste trop lourd et trop stéréotypé.

De deux choses l’une : ou on se la joue civilisées et on attend d’être rentrés ou on fait ça ici ; les deux me vont, et toi j’ai une envie dingue d’être en toi, et toi, tu diras pas non.

Qui ne fuit pas après avoir entendu ça d’un mec que l’on connait depuis même pas deux jours ? C’est de la folie !

Elle sourit en pensant qu’il la désirait même dans son sommeil.

J’ai rien dit, il y a pire.

Résultat de recherche d'images pour "gif desesperate"

Avant de parler des personnages, il est l’heure du fun-fact n°2 : après les incohérences de l’univers, je vous présente : Les Prénoms. Je tiens à décerner ici le prix de l’originalité. Qui appellerait son môme ‘Kolher’ (Colère) ? Sérieusement … Et ils sont tous comme ça : Torhment (s’appeler Tourment, c’est fun hein), Rhage (il est transparent, on ne fait même plus d’efforts …), Audazs (ça a été plus complexe pour lui mais j’ai trouvé, je parierai sur Audace), Fhurie … Bref je vous épargne la grande scène dans laquelle l’autrice nous les présente tous. Je vous dévoile tout de même mon préféré : Zadiste. ZADISTE. MAIS PAS UN TYPE DE NOTRE DAME DES LANDES HEIN. Non, Zadiste, c’est Sadique. Mais avouer que le nom reste à mourir de rire. Scoop : Il y avait des vampires à la ZAD de Notre Dame Des Landes …

Beth jeta un regard furieux à Kolher et fit semblant de s’être levée pour prendre la bouteille de vin. Elle n’avait pas l’intention de partir devant Fritz. Et puis elle avait soudain envie de rester.

Je ne me suis attachée à aucun personnage – pour ne pas dire que j’avais juste envie de les gifler. Beth – Elizabeth – est incohérente et plate. Je n’ai pas d’autre mot, elle n’a pas de personnalité, on ne sait pas ce qu’elle aime, elle n’a pas d’ami.e.s, un passé tragique pour faire genre mais qui en fait n’apporte rien … Je ne saurais même pas décrire le caractère du personnage tellement elle n’a pas de personnalité. Elle se contente de suivre Kolher, de coucher avec lui et de dire oui à tout ce qu’il dit – même si elle lève quand même un petit doigt réprobateur quand il lui donne trop d’ordres. Si je devais analyser (vous savez comme j’adore faire ça durant mes lectures), je dirai qu’elle se fait manger par Kolher (oh c’est drôle ça, en plus c’est un vampire – je suis profondément désolée de cette blague pourrie mais mon humour est resté à la page où j’ai apprécié ce livre c’est à dire nulle part). Kolher doit tellement être le mâle fort, digne, impressionnant, invincible, intelligent, parfait, musclé, bête de sexe et j’en passe que … il n’y a plus de place pour Beth. Son personnage passe à la trappe car elle est complètement écrasée par Kolher.

Beth resserra les pans de son peignoir. Il aurait été probablement plus intelligent de commencer par s’habiller mais elle ne voulait pas attendre pour voir Kolher.

Parlons-en donc de Kolher. Je le déteste. Il représente tout ce que je n’aime pas chez un personnage masculin, en particulier en bit lit. Physiquement, c’est un gros dur avec une tête à vous faire changer de trottoir même de jour. MAIS. Il est quand même beau (parce que oui quand même vous savez personnage principal etc). Il est machiste et bête. Je suis obligée de le dire mais Kolher est bête. L’autrice lui donne des airs d’homme torturé au passé tragique qui a vu ses parents mourir sous ses yeux et qui au fond ne s’aime pas … Stop. Ça suffit. C’est ridicule. Kolher est juste un mec obsédé par Beth, qui veut lui interdire de sortir de son champ de vision – pas très large d’ailleurs puisqu’il est à moitié aveugle – et est heureux que le sang qu’il lui a donné agisse comme une puce GPS couvrant toute la planète. Il est à gifler. AH OUI. Je le glisse comme ça au détour d’une phrase mais Kolher est aveugle ou si proche de l’être qu’il lit son réveil en braille. Par contre ! Pour faire l’amour pas de problème. Mettre des draps sur un lit c’est trop compliqué en revanche … Ah manger ça va à peu près, il arrive à faire genre. Mais le mieux c’est en combat : il se bat avec des shurikens. Le mec aveugle se bat des shurikens. Je vais répéter une dernière fois : le mec prétendument aveugle (quand ça l’arrange en vérité) est un dieu du combat reconnu par ses pairs et son arme favorite, ce sont ses shurikens car il ne rate jamais sa cible. Quelle logique mes enfants ?

Je ne connais pas Kolher depuis longtemps, mais j’ai l’impression qu’on est fait l’un pour l’autre. J’y vais à l’instinct, pas de façon raisonnée.

Résultat de recherche d'images pour "gif consternation"

L’INTRIGUE ! Elle n’existe pas. Mais vraiment … Ça se tourne autour, ça se fait peur, ça découvre que c’est pas humain, ça baise beaucoup et hop une semaine plus tard (j’ai checké la timeline !!!!), ça se marrie. ÇA SE MARRIE. Là pour le coup je ne l’ai vraiment pas vue venir celle-là … Non mais ça sort de nulle part, ILS ONT EU QU’UN SEUL PU*** DE RDV ET ILS ONT COUCHÉ TROIS NUITS ENSEMBLE. D’où ???? À partir du moment où Beth se transforme (un peu plus de la moitié du livre), l’intrigue part en steak. Kolher la demande en mariage après une révélation fulgurante : nous rappellerons juste à notre humble lectorat que 5 pages plus tôt, il n’était même pas sûr de rester à ses côtés après sa transformation ! Qu’il ne croyait pas en l’amour et ses « conneries » (je cite) et qu’il a salement insulté un des membres de la Confrérie – le seul à peu près normal de la clique et qui a une femme – pour ça. Ma tête a explosé ! Encore pire quand Kolher prévoit d’aller tuer quelqu’un JUSTE AVANT son mariage … N’importe quoi.

J’aimerais que tu sois enceinte dit-il d’une voix rauque. Je ne veux pas que tu restes seule.

Un certain nombre de citations que je vous ai mises proviennent de la fin du livre Dixit ci-dessus, Kolher aux portes de la mort, souhaite que sa toute nouvelle femme de 24h soit mère célibataire. Il ne pouvait pas plutôt lui souhaiter de se re-marier rapidement, si on doit nécessairement rester dans le cliché de femme solitaire et célibataire sans homme à ses côtés ?

Résultat de recherche d'images pour "gif head explode tom"

***

En conclusion : Vous l’aurez compris c’est un refus, je ne mettrais même pas un cœur. Je m’énerve rarement autant sur le blog sur un livre – je n’aime pas particulièrement démonter un bouquin et taper dessus gratuitement malgré les récents articles humoristiques – mais j’ai eu besoin de le faire ici. Pour tenter de vous expliquer en allant un peu loin que cette furieuse envie de déchirer le livre, j’ai trouvé dans ce premier tome tout ce que je n’aimais pas trouver dans un livre bit lit. Tous les défauts du genre, tout ce qu’on reproche, tout ce qui fait que souvent on dédaigne la bit lit en disant que c’est un ‘sous-genre’ et dans le sens péjoratif de l’expression. Ce livre a vraiment été un condensé de cela pour moi et je n’ai plus aucune tolérance, je l’avoue. Je sais que la bit lit est un genre très codé notamment sous certains aspects mais je ne pense pas non plus qu’il y ait des passages obligés ou des clichés obligés. J’ai lu de la très bonne bit lit et je suis lassée de voir certains titres comme celui-ci percer alors qu’il y a bien mieux. Bref, je ne vous recommande pas cette série si vous cherchez quelque chose qui casse les codes du genre et qui va un peu plus loin qu’une histoire de sexe-qui-devient-romance-on-ne-sait-comment entre un vampire et une femme fragile parce que c’est pour moi à cela que s’est résumé cette histoire !

Par Sophie.


13 réflexions sur “La Confrérie de la Dague Noire tome 1 : l’Amant Ténébreux de J. R. Ward

  1. J’aime beaucoup ta chronique, tout est expliqué tu ne tapes pas dessus gratuitement. Et là, je me rends compte que j’aurai vraiment dû me fier à mon instinct qui depuis des années me dit que je detesterai ce livre.
    J’ai en horreur tous les points que tu as cité. Ça m’a rappelé ma très mauvaise lecture : hybrides tome 1 : Rage.
    Les prénoms…
    Vraiment quand je pense qu’on m’a recommandé ça à plusieurs reprises, go le supprimer de ma WL !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup ! ❤
      Vraiment si tu as horreur de tout ce que j'ai énuméré et si les citations ne t'ont pas inspirée … Fuis ! J'ai mis des semaines à le lire alors que je lis plutôt rapidement d'habitude mais les clichés en série me faisaient quitter le livre à chaque fois …
      Je n'ai pas lu Hybrides même si j'en ai entendu du positif (visiblement c'est relatif). Moi ça m'a plutôt rappelé ma lecture du premier tome de la Meute du Phénix … Trey Coleman est certainement l'homme le plus insupportable qu'il m'ait été donné de rencontrer en livre !

      Aimé par 1 personne

  2. J’ai commencé à lire la Confrérie de la dague noire avec une traduction « non officielle » et j’avais bien aimé l’histoire.
    C’est vrai que j’ai eu plus de mal quand j’ai recommencé avec la traduction officielle (qui a « francisé » les noms et que je trouvais plus vulgaire).
    Je comprends ton avis, je le partage même dans l’ensemble, mais étrangement, j’ai réussi à faire abstraction de ces points et j’ai continué de lire la série parce dans l’ensemble l’histoire générale ma plaisait bien.
    En tout cas je la trouve moins pire que les séries de Suzanne Wright (Noirs Démons et La meute du phoenix) que j’ai essayées de lire et où je n’ai pas réussi à supporter la vision qu’a l’auteur des relations hommes-femmes.

    Aimé par 1 personne

    1. J’avoue que je n’ai pas été regarder la version en anglais et peut être que ça aurait fait une différence oui ! Mais je pense que dans l’ensemble mon avis serait resté le même. Je dois avoir trop vu passer ce genre d’histoires ^^’
      Pour Suzanne Wright, je n’ai pas continué la Meute du Phénix – vraiment trop pénible – mais j’ai lu les deux premiers tomes de Noirs Démons ! Knox m’a été un chouïa moins insupportable que Trey mais je ne l’aime pas non plus c’est vrai ! Je trouve les relations amoureuses dans ces séries très stéréotypées et même parfois malsaines … !

      Aimé par 1 personne

  3. Comme toi je trouve les relations malsaines chez Suzanne Wright : c’est « femme ! tu fais ce que je te dis et comme je veux parce que tu m’appartiens ». Chez JR Ward c’est un peu moins comme ça. Certes les « mâles » sont possessifs et dominants à fond, mais ils respectent quand même plus leur partenaire quand celle-ci les envoie balader.

    Aimé par 1 personne

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s