La Brigade du Surnaturel de Floriane Impala

Miracle of Sound – Ode to Fury

La brigade du surnaturel, tome 1 | Livraddict

La Brigade du Surnaturel (ou BMS pour les intimes) est le premier tome d’une série écrite par Floriane Impala et publié aux éditions Mnémos dans la collection Naos. Le livre comporte 605 pages

* *
*

Quand un inconnu s’introduit dans l’appartement de Claire Defontaine, sa vie bascule. D’abord sur son canapé, puis sur le siège en cuir d’une berline des années 1970 où elle s’installe pour un road trip sanglant vers les limbes. Car le bellâtre qui vient de braquer son intimité n’est pas de ceux à qui on refuse la main : envoyé par le Big Boss des Enfers lui-même pour résoudre une affaire de meurtres en série parmi ses ouailles démoniaques, il est bien décidé à faire de Claire, inspectrice de la Brigade de la Magie et du Surnaturel, sa coéquipière.

Il faut dire qu’elle est la meilleure et que le timing est serré…

Et pendant que ce duo improbable arpente les ponts entre les Mondes à la recherche du cinglé qui saccage les Surnat’, la terre continue de sombrer lentement dans les chaos des IT, ces humains contaminés par une magie vicieuse qui les dope à l’extase et les shoote à la folie.

Et rien, à part le Smith & Wesson et le talent de l’inspectrice Defontaine, ne semble en mesure d’arrêter ce carnage.

* *
*

Avant de vous parler du livre en lui-même, j’aimerai prendre quelques lignes pour expliquer mon profond dégoût du rangement des livres de fantasy dans le magasin dans lequel j’ai acheté ce livre. En effet, le magasin ne vend pas que de la fantasy (à mon grand regret) et donc range (enfin essaye) de ranger les livres par catégorie. Donc, une fois passé les premiers rayons de livres d’actualités people et politiques et habilement éviter le rayon érotique, on a la fantasy dite adulte. Vous trouvez des livres comme L’assassin royal d’Hobbs ou les Game of Thrones de Martin. Plus loin dans le magasin, il y a le rayon jeunesse. Là, vous trouvez les Harry Potter de Rowling (encore en tête de gondole, c’est fou de voir qu’il est encore aussi populaire) Les cabanes magiques (ou équivalent) et donc ce livre BMS. Je me doute bien que les employés du magasin n’ont sûrement ni envie ni le temps de lire les livres pour les classer, et donc qu’ils se reportent à ce qu’on leur dit. Donc on se retrouve avec des livres comme BMS dans le rayon jeunesse (notez le jeunesse et pas l’ado) alors qu’il contient plusieurs scènes de sexe et pas mal de violence. Nan parce qu’on commence le livre avec la mort de toute l’équipe de l’héroïne, et on enchaîne sur un quasi meurtre puis une scène de préliminaires en moins de 100 pages quand même. Bref, il manque vraiment un rayon ado/jeune adultes dans ce magasin.

« Il est cinq heures du matin et je suis déjà levée depuis trois bonnes heures. À la BMS, la Brigade de la Magie et du Surnaturel, on ne compte pas ses heures. Ou, plus justement, on oublie de compter, le résultat foutrait la migraine. »

Bon voilà, maintenant que je me suis bien plainte, je peux commencer à parler du livre en lui-même. Nous suivons donc Claire Defontaine, une inspectrice dans une section spécialisée de la police, la BMS. Après une mission qui a mal tournée, elle se retrouve mise à pied. Elle surprend alors un inconnu chez elle. Après un certain malentendu, elle apprend que Kéziah (c’est le nom du démon) est un incube et a besoin d’elle car Satan veut résoudre les meurtres en série de démons. Nous voilà alors lancés avec elle dans cette enquête, qui finit par croiser le chemin de sa vie privée. Le livre m’a pas mal rappelée l’ambiance Lucifer, et l’intrigue en elle-même, bien qu’assez classique, possède quelques twists et secrets que j’ai pris plaisir à lire. On comprend malgré tout assez facilement qui est coupable et pourquoi (surtout si vous avez quelques notions de l’histoire biblique), grâce aux petites interludes entre les chapitres. C’est quelque chose que je regrette un peu, l’enquête est très… fluide. Je ne dis pas que notre sympathique duo devine en quelques minutes le comment du pourquoi, mais je n’ai pas ressenti de difficulté à résoudre l’enquête. C’est à la fois agréable car la lecture se fait d’une traite, et d’un autre côté, un peu dommage.

Côté personnage, je trouve que le duo fonctionne plutôt bien, et les deux personnages principaux ont chacun un côté attachant et sympathique. J’ai bien apprécié la fin du livre et leur relation qui prend une direction pas nécessairement prévisible, ça change du classique « je t’aime, moi non plus » qui finit en câlin chaleureux après avoir échappé de justesse à la mort. Par contre, au-delà de ces deux personnages, j’ai eu l’impression de complètement passer à côté des personnages secondaires. Satan Vadere m’a laissée assez indifférente, pareil pour Luc (vous sentez le petit copain avec lequel l’héroïne a rompu mais qui reste encore dans le coin histoire de pouvoir arranger un triangle amoureux ou au moins de la jalousie entre les deux personnages masculins proche de l’héroïne ?). Lilith m’a laissé un sentiment plus mitigé. D’un côté j’aime bien son côté « prends le pouvoir » et je trouve que ça correspond assez bien à son histoire, et d’un autre côté, je la trouve assez effacée. Je ne sais pas trop comment expliquer ce sentiment, mais j’ai l’impression que l’auteure aurait pu faire plus avec ce personnage.

Et maintenant le plus gros problème de ce livre pour moi. Les clichés. Je ne vise pas nécessairement la relation entre Claire et Kéziah ici (pour une fois que je me plains pas [directement] d’une relation amoureuse !) mais plutôt des personnages en eux-mêmes. Pourquoi est-ce que les policiers dans ce genre de livres sont toujours des bourreaux du travail qui n’ont pas de vie en dehors ? Et pourquoi c’est toujours un incube/une succube qui les accompagne dans leur enquête ? Bon, il y a bien une explication dans le livre, mais ça m’a embêtée pendant un bon moment.

Et puis, c’est quoi ce résumé mensonger ? Nan parce que vu ce qu’on sait de Claire, je ne la qualifierai pas de « meilleure ». Prometteuse peut-être, indépendante, forte et intelligente certainement. Mais pas meilleure, sachant que Satan aurait pu choisir n’importe qui sur Terre. La toute première image qu’on a d’elle c’est une mission qui a mal tournée, où toute son équipe est morte parce qu’elle avait décidé d’aller dedans sans beaucoup d’informations. Elle est têtue et a tendance à agir avant de réfléchir. Et d’ailleurs, Satan ne l’a pas recruté parce qu’elle était la « meilleure »… Enfin bref, je m’égare.

« Les cris retentissent et se déploient en échos dans le grand espace. J’ignore ce qu’il se passe. J’ai l’impression d’être une gamine qu’on aurait perdue dans une fête foraine. Sauf qu’ici, les manèges sont bien moins divertissants et les stands de tir balancent des plombs de plus gros calibres. »

En conclusion : ♥♥♥♥ La BMS est un livre sympathique à lire, et j’ai passé un agréable moment en compagnie de Claire et de Kéziah. Ca fait plaisir de voir une histoire se dérouler à Paris pour une fois (enfin pour la plupart de l’enquête). Les personnages sont sympathiques et ont chacun une personnalité et une histoire. La BMS reste un bon roman bit-lit au langage et à l’humour crus.

Par Claire


Une réflexion sur “La Brigade du Surnaturel de Floriane Impala

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s