Daevabad tome 1 : La Cité de Laiton par S. A. Chakraborty

Courage to Change – Sia

La Cité de Laiton est le premier tome de la trilogie Daevabad, paru en français aux éditions De Saxus. Il compte 627 pages.

Dans les rues du Caire du XVIIIe siècle, Nahri est une jeune escroc aux talents inégalés : lecture de la main, exorcismes et un mystérieux don de guérison ; elle a fait des nobles ottomans sa cible principale dans le but de survivre. Un jour, pendant l’un de ses «  coups  », elle invoque accidentellement Dara, un mystérieux guerrier djinn, et elle va comprendre trop tard que même les stratagèmes les plus intelligents peuvent avoir des conséquences mortelles.

Forcés de fuir Le Caire, Dara et Nahri voyagent ensemble à travers des sables chauds et balayés par le vent, grouillants de créatures de feu et de rivières où dorment les mythiques Marids. Des ruines de métropoles humaines autrefois magnifiques aux montagnes où les oiseaux de proie ne sont pas ce qu’ils semblent, leur périple a pour destination Daevabad, la légendaire Cité de Laiton.

***

Disclaimer : Ce livre prend place dans un univers arabe avec des mythologies du monde perse et du Maghreb. C’est un livre own voice c’est à dire que l’autrice est originaire du Maghreb, elle écrit sur sa propre culture. Il contient également des termes arabes dont j’ai lu par des concerné.e.s qu’ils avaient été bien traduits et utilisés. Un petit point de détail sur la traduction car il s’agit d’un livre De Saxus (les problèmes de traduction sont fréquents) : j’ai eu une note de traducteur non effacée dans le texte (à base de : « je trouve que la tournure est maladroite »). Je n’ai plus la page, si vous la voulez, n’hésitez pas à demander en commentaire. Il n’y en a qu’une, elle m’a un peu surprise mais elle a apparemment été rapidement signalée et corrigée dans les éditions suivantes. À part ça, je n’ai pas trouvé d’autres problèmes majeurs, de traduction ou autre, mais si vous avez plus d’infos, n’hésitez pas à les partager en commentaire 🙂 .

Sur ce, je vous propose de rentrer dans le vif du sujet et de vous parler d’un livre qui fut presque un coup de cœur (la fin est si frustrante, je sentais que j’aurais dû attendre d’avoir le tome 2 entre les mains pour enchainer).

L’afshin lui adressa un autre sourire acéré.
« J’étais moi aussi un jeune guerrier issu de la tribu régnante autrefois. C’est une position privilégiée. Jouir d’une telle confiance en la justesse de votre peuple, d’une croyance aussi inébranlable en votre foi. » Son sourire s’effaça, son ton se fit mélancolique. Empreint de regrets. « Profitez-en. » 
– Je n’ai rien de commun avec vous, rétorqua Ali. Jamais je ne ferai ce que vous avez fait. 
L’afshin ouvrit la porte  » priez pour qu’on ne vous l’ordonne jamais, Zaydi. « 

L’univers est plus original que les univers qu’on trouve habituellement dans la fantasy française, plus dépaysant aussi car on ne connait pas ou mal les créatures magiques mises en scène. Il y a de vraies surprises en terme de pouvoirs et de magie. Le fait que ce soit own voice avec les termes arabes vous plonge encore plus dans l’univers, vous pouvez foncer les yeux fermés.

Nous suivons trois grands protagonistes : Ali (Alizayd) et Nahri dont on a les points de vue. Le compagnon de route de Nahri dans ce tome 1, Dara (Darayavayoush) dont nous aurons le point de vue dans les tomes suivants apparemment (yyeeees).
J’ai apprécié de suivre tous les personnages, avec un peu plus de difficulté à m’attacher à Ali au départ. Ils ont tous les trois beaucoup de potentiel pour évoluer ainsi qu’une très grande cohérence dans leur construction (élément central à mes yeux pour créer des personnages réussis). Je n’ai réussi pas à avoir de préférés pour le moment parce que parfois vous adorez ce qu’ils font, d’autres fois moins mais vous savez que c’est un passage obligé pour évoluer et devenir le personnage qu’ils ont le potentiel d’être.

Elle leva les yeux vers Dara. Ses yeux verts brillaient d’une telle inquiétude qu’elle avait du mal à ne pas détourner le regard. 
– Tu sais nager ? 
– Si je sais nager ? Aboya-t-il comme s’il trouvait cette simple idée intolérable. Est-ce que tu sais brûler ?

Des intrigues politiques de partout, pour notre plus grand plaisir. Ce premier tome pose beaucoup de choses, en termes d’univers et de personnages mais aussi d’intrigues et de luttes de pouvoir. Ça commence à se dessiner un peu de tous les côtés. Il y a trois grandes factions dirons-nous et ce qui est intéressant, c’est que les personnages ont des intérêts avec chacune des factions mais vont finalement faire le choix d’en privilégier une. Aucune faction n’est bonne ou mauvaise, chacune a eu ses torts et ses noblesses, ce sont vraiment des questions d’intérêt et de conviction plus qu’un combat entre le bien et le mal. Et c’est une grande force du livre car vous savez que certains personnages vont s’affronter tôt ou tard mais qu’aucun n’est du mauvais côté. On s’attache finalement à tous les camps.

« Je reviendrai, Nahri », lui promit-il. « Tu es ma Banu Nahida. Et cette ville est la mienne. » Son expression était pleine de défi. « Rien ne me séparera de vous deux. »

Alors finalement, romance ou pas de romance ? La grande question, éternelle à tous les livres. Si on a quelques étincelles par ci par là, que certaines choses sont esquissées et d’autres condamnées mais on ne peut s’empêcher d’espérer … Bref pour le moment tout est encore possible. Personnellement je ne trouve pas que ce soit très important car les romances ou amitiés sont aussi envisagées par les personnages sous l’angle de leurs intérêts donc ils se refreinent d’eux-mêmes et ça ne devient pas le sujet principal du livre. Attendons de voir la suite en gardant à l’esprit le pragmatisme commun à beaucoup de personnages, que ce soit les protagonistes ou ceux secondaires.

***

En conclusion : ♥♥♥♥ Un très très bon premier tome dont la fin m’a frustrée. C’est une bonne frustration à mes yeux car même si l’histoire n’a pas pris le tournant que vous espériez, vous êtes quand même bien frustré.e.s et donc suffisamment à fond dans le livre pour vous dire que vous aimez ! Un raisonnement un peu bizarre mais vous commencez à avoir l’habitude ici 🙂

Par Sophie.


4 réflexions sur “Daevabad tome 1 : La Cité de Laiton par S. A. Chakraborty

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s