Premières Lignes #34

Bonjour à tous en ce mois de décembre bien froid ! L’heure du rendez-vous du mois est arrivée et j’ai décidé de vous présenter une lecture sympathique avec une héroïne un peu farfelue : Super Madrona d’Helen Harper. De cette autrice, j’avais adoré les Ivy Wilde (chronique juste ici 🙂 )et j’espérais encore une bonne suprise. Malheureusement, si j’ai retrouvé un humour que j’aime beaucoup, j’ai été moins emballée même si j’ai tout de même passé un bon moment. Je vous laisse donc être juge, si après la lecture de ces premières lignes, vous avez envie de vous lancer ! 🙂

Petit Rappel : Ce rendez-vous a été créé par Ma Lecturothèque pour faire découvrir les premières lignes d’un livre, souvent notre lecture en cours. Il est censé être hebdomadaire mais je le fais mensuel par commodité avec mon rythme de lecture. La liste des participant.e.s se trouve comme d’habitude en bas d’article.
Sur ce, bonne lecture 🙂

***

Chapitre 1

L’homme couché à côté de moi était mort. Ce n’était pas tant le voile blanc vitreux recouvrant son regard ou même son immobilité glaçante qui soulignaient cette évidence. Non, sa tête était séparée de son corps, comme si quelqu’un l’avait dévissée, telle une ampoule grillée avant de la jeter au sol.
J’aurais dû hurler. À la place, je clignai frénétiquement des yeux et roulai sur le dos pour m’éloigner. La rosée qui perlait dans l’herbe parfaitement tondue trempait le tissu fin de mon chemisier. Une fois sur pieds, une vague de nausée m’assaillit ; me lever était une erreur. Je grimaçai. Même le goût dans ma bouche était étrange ; j’avais l’impression d’avoir léché le pelage d’un chien mouillé.
Je frottai mon front et observai les alentours, pour éviter de reposer les yeux sur le corps. Où pouvais-je bien être ? L’air frais de la nuit ne m’offrait aucun indice, mais je vis sur ma gauche quelque chose de grand et fin. Un panneau, peut-être.
Je m’y dirigeai en chancelant. La douleur dans ma poitrine me donnait l’impression de m’être brisé une côte ou deux. Je me débrouillai tout de même, les jambes tremblantes. Je dus m’agripper au pilier en métal dès que je l’atteignis, pour ne pas m’affaler par terre. Le petit triangle accroché en haut pendait mollement. Je plissai les yeux, puis les baissai et distinguai un trou dans l’obscurité. Un terrain de golf. Comment avais-je atterri ici ?
Je tentai de réfléchir. La dernière chose dont je me souvenais était… Mes entrailles se tordirent. Rien. Nada. Le vide complet. Je sollicitai chaque neurone de mon cerveau, mais ne trouvai qu’un abîme noir et profond où régnait le néant. Une nouvelle pensée horrifiante me percuta et, de mes mains frénétiques, je fouillai mes poches. Pas de portefeuille. Pas de carte d’identité.
Je me giflai dans l’espoir futile de me réveiller. Mes doigts en finirent mouillés, collants et assombris par le sang. La piqure de la douleur me traversa.
Ma localisation, ma présence ici, sans parler de ce qui était arrivé au cadavre étendu à moins de neuf mètres de moi, devinrent insignifiantes. Mes lèvres gercées formèrent les mots, un murmure rauque brisant le silence :
— Qui suis-je ?

***

• Lady Butterfly & Co
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• La Pomme qui rougit
• Aliehobbies
• Ma petite médiathèque
• Pousse de ginkgo
• À vos crimes
• Le parfum des mots
• Claire Stories 1, 2, 3
• Ju lit les mots
• Voyages de K
• Ma Lecturothèque
• Les lectures de Val
• Le petit monde d’Elo
• Les paravers de Millina
• Mon P’tit coin de lectures
• Critiques d’une lectrice assidue
• sir this and lady that
• Livres en miroir
• 4e de couverture

Par Sophie.


5 réflexions sur “Premières Lignes #34

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s