Kingdom of the Wicked de Kerri Maniscalco

Perfect Illusion – Lady Gaga

Kingdom of the Wicked est le premier tome de la trilogie du même nom, écrite par Kerri Maniscalo. Les deux premiers livres sont uniquement sortis en anglais et le troisième devrait sortir en septembre 2022.

Emilia and her twin sister Vittoria are streghe – witches who live secretly among humans, avoiding notice and persecution. One night, Vittoria misses dinner service at the family’s renowned Sicilian restaurant. Emilia soon finds the body of her beloved twin…desecrated beyond belief. Devastated, Emilia sets out to find her sister’s killer and to seek vengeance at any cost-even if it means using dark magic that’s been long forbidden.

Then Emilia meets Wrath, one of the Wicked-princes of Hell she has been warned against in tales since she was a child. Wrath claims to be on Emilia’s side, tasked by his master with solving the series of women’s murders on the island. But when it comes to the Wicked, nothing is as it seems…

***

Bonne année 2022 à tous ! Bienvenue sur la première chronique du blog de 2022, on vous souhaite une année livresque fructueuse et pleine de belles découvertes ! De notre côté, on s’active déjà sur les chroniques de janvier 🙂
Pour moi, l’année a commencé en anglais ! Kingdom of the Wicked est un livre que je vois beaucoup passer du côté des réseaux anglophones en ce moment et en dehors de sa magnifique couverture, son synopsis avait pas mal de choses pour me plaire aussi. Je me suis donc lancée avec plaisir dans cette première lecture de 2022 🙂

“There are seven demon princes, but only four di Carlos should fear: Wrath, Greed, Envy, and Pride. One will crave your blood. One will capture your heart. One will steal your soul. And one will take your life.”

Traduction personnelle :
Il existe sept princes des Enfers, mais il y en a seulement quatre que les di Carlos doivent craindre : Colère, Avarice, Envie et Orgueil. L’un d’entre eux désirera votre sang. Un autre s’emparera de votre cœur. Le troisième volera votre âme. Et le dernier prendra votre vie.

L’histoire nous emmène à Palerme, dans un univers plutôt médiéval avec des références à la chasse aux sorcières et à l’emprise de l’Eglise. Il existe plusieurs ‘mondes’ : celui des humains où vivent les sorcières et autres créatures (tout l’univers est loin d’être exploré, il y a beaucoup de zones d’ombres) et l’ ’Enfer’, aka l’univers des démons, réparti entre sept maisons sous la gouverne de sept princes représentant chacun un péché (il y a même une carte au début du livre et elle est magnifique & trouvable sur Internet si vous avez envie de vous rincer l’œil). Rien que ce premier aperçu me plaisait (j’éprouve une certaine faiblesse face aux histoires de démons), j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de potentiel et que nous n’étions pas encore trop dans le cliché même si il y a du déjà-vu en matière d’histoire démoniaque.

Nous suivons donc Emilia que j’ai globalement appréciée malgré une narration à la première personne (c’est loin d’être ma favorite – je m’en suis rendue compte durant une certaine lecture commune d’une certaine trilogie) mais j’aurais aimé la voir plus réfléchie et stratège. J’aurais également aimé la voir plus utiliser sa magie, dans l’offensive. Emilia donne l’impression d’être la personne qui en sait toujours le moins même si on ne peut pas dire pour autant qu’elle se fasse manipuler dans tous les sens. Peut-être que par la suite, j’aurais plus d’occasions de voir le personnage évoluer.
Après Emilia, le deuxième protagoniste de cette histoire (dont nous n’avons pas le point de vue à mon énorme dépit) est Wrath (le péché de la colère même si la traduction la plus proche serait plutôt ‘rage’/’courroux’ je pense). Le personnage est assez énigmatique, cache beaucoup de choses et est une pièce centrale du puzzle à mon avis. J’ai beaucoup de théories quant à sa vraie nature. Son vrai nom nous est inconnu car les princes de l’enfer se présentent sous le nom de leurs péchés et ne révèlent jamais leur vrai nom. Wrath est sans doute mon personnage préféré pour le moment et j’espère qu’il continuera sur sa lancée !

Il y a aussi un certain nombre de personnages secondaires dont les plus mémorables sont problablement les frères de Wrath, c’est à dire les autres princes de l’Enfer que l’on croise à plusieurs moments dans le roman ainsi que Vittoria, la soeur décédée d’Emilia qui est à l’origine de beaucoup de choses. Même si celle-ci meurt au début du roman, sa présence se fait sentir à de nombreux moments et Emilia pense souvent à elle. Je n’ai pas grand chose à dire sur eux si ce n’est qu’ils ont une vraie personnalité et ne sont pas là pour le décor, bien au contraire. Tous les personnages sont travaillés et j’espère que certains prendront de l’importance par la suite (je ne vous en dis pas plus …).

“Bit of advice, witch. Yelling, ‘I’m going to kill you’ takes the surprise out of the attack.”

Traduction personnelle :
Un petit conseil, sorcière. Hurler « je vais te tuer » enlève à l’attaque toute surprise.

L’intrigue est très riche et se poursuit dans les tomes suivants : pour être un peu plus claire, peu de mystères sont résolus à la fin de ce premier tome si ce n’est que les révélations ne font que commencer. Au début, certains évènements et découvertes sont très prévisibles (mais pas déplaisant.e.s) et le ‘bon réflexe’ de l’autrice a été de ne pas s’accrocher pendant des pages à ce que le lecteur a compris facilement. Cela permet de passer aux choses sérieuses !
Dans le même temps, beaucoup de zones d’ombres et de flou permettent de faire des théories. Le tome deux est très prometteur puisque on a deux intrigues mêlées : la résolution complète du meurtre de Vittoria et ce que Vittoria a voulu résoudre et dont elle est morte (l’un découle de l’autre oui). Beaucoup des hypothèses avancées par Emilia s’emmêlent et il n’est pas toujours facile pour le ou la lecteur.ice de se souvenir de tout (je vais mettre ça sur le compte de mon attention à moitié accaparée par l’anglais et sur le fait qu’Emilia elle-même n’est pas sûre de ce qu’elle déduit).

C’est un roman à la frontière entre ‘adult’ et ‘young adult’. Par exemple, en tant que personnage, Emilia a des caractéristiques ‘young adult’ (elle réfléchit beaucoup et s’épanche un peu trop sur ses émotions) mais a le potentiel dans l’intrigue d’être plus ‘adult’ (un peu plus stratège et tête froide à mon sens) ; je regrette un peu les caractéristiques ‘young adult’ mais je ne peux pas nier avoir beaucoup aimé ce roman, et notamment l’alchimie entre les personnages.

Parce que oui, vous avez de la romance : elle est là et elle fait partie des caractéristiques plus ‘young adult’. Mais elle est délicieuse sous cet aspect (oui je suis aussi faible aux ennemies to lovers). Elle prend son temps et se recoupe avec d’autres problèmes, bref j’ai hâte d’avoir le deuxième tome car apparemment beaucoup beaucoup de choses s’accélèrent sur ce plan !

“There are victors and victims. Decide who you want to be. Or the choice will be made for you, witch. And I doubt you’ll like it.” 
I threw my head back and groaned. 
“It’s a game of scopa, not a battle between life and death. Are you always this dramatic?” 
Wrath scowled from behind his hand-painted cards. 
“Valuable lessons are often learned from games of strategy. Only fools discredit them.”
“And only an ornery creature from Hell gets this serious over a simple card game.”

Traduction personnelle :
« Il y a les vainqueurs et les victimes. Choisis dans quel camp tu veux être ou le choix sera fait pour toi, sorcière. Et je doute que tu l’apprécies. »
Je
rejetai ma tête en arrière et grognai.
« C’est un jeu de scopa, pas une bataille entre la vie et la mort. Es-tu toujours aussi dramatique ? »
Colère se renfrogna derrière ses cartes peintes à la main.
« De précieuses leçons sont souvent tirées des jeux de stratégies. Seuls les idiots ne les estiment pas à leur juste valeur. »
« Et seule une créature grincheuse venue des Enfers prend un air si sérieux devant un simple jeu de cartes. »

Enfin pour les impatients qui refusent d’attendre une sortie française et les courageux qui veulent se frotter à l’anglais, je ferai un petit point langue (cette formule est si scolaire). Au début, j’ai eu un peu peur car il y avait de nombreuses descriptions et certains termes me donnaient la migraine dès le prologue. J’apprécie (comme tout lecteur en vérité) de tout comprendre dans un livre et là ça n’était pas tout à fait le cas. Puis petit à petit, je me suis immergée et habituée et ça a été mieux (ou alors le style s’est simplifié ?) et finalement ça s’est révélé être agréable à lire ! Pour faire une comparaison, je n’ai pas trouvé Kingdom of the Wicked aussi accessible que Normal People qui est le dernier livre en anglais que j’ai lu, mais ce livre n’était pas non plus d’une difficulté insurmontable pour des gens qui comprennent l’anglais couramment.

***

Conclusion : ♥♥♥.5 Une très chouette lecture dont je lirai la suite (et vite) !
Update : entre le moment où j’ai écrit cette chronique et celui où elle sera publiée, sachez que j’ai déjà lu le deuxième tome (je n’ai probablement jamais été aussi rapide non ?). Et comme je ne voudrais pas vous spoiler trop vite, je me contenterai de vous dire que j’ai beaucoup aimé ce deuxième tome et je vais probablement mourir d’impatience en attendant le troisième !

Par Sophie


Une réflexion sur “Kingdom of the Wicked de Kerri Maniscalco

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s