Premières Lignes #42

Hello à tous ! Est-ce que la chaleur vous accable également au point que vous ne puissiez faire que l’étoile de mer sur votre lit ? Moi c’est le cas ! Bon ça ne m’empêche pas de lire (le soir quand il fait plus frais) et à ce propos, aujourd’hui, j’ai décidé de vous présenter les premières lignes de ce qui sera sans doute ma prochaine lecture : le premier tome du Tombeau Scellé de Tamsyn Muir, Gideon la Neuvième ! Un livre avec une couverture badass (tout semble badass dans ce livre à vrai dire) et dont j’entends beaucoup de bien sur Instagram. Ça parle d’intrigues politiques, de bataille, de nécromancie et il y a même une jolie romance lesbienne dedans … Bref tout pour me plaire ! Les premières lignes vous convaincront peut-être comme moi de le mettre en bonne place dans votre PAL ! 🙂

Petit Rappel : Ce rendez-vous a été créé par Ma Lecturothèque pour faire découvrir les premières lignes d’un livre, souvent notre lecture en cours. Il est censé être hebdomadaire mais je le fais mensuel par commodité avec mon rythme de lecture. La liste des participant.e.s se trouve comme d’habitude en bas d’article.
Sur ce, bonne lecture 🙂

***

Deux pour la Discipline, malgré les coups du sort,
Trois pour l’Éclat de l’or, ou celui d’un sourire,
Quatre pour la Loyauté, tournée vers l’avenir,
Cinq pour la Tradition, les dettes envers les morts,
Six pour la Vérité, sans mots consolateurs,
Sept est pour la Beauté qui éclôt et qui meurt,
Huit est pour le Salut, et quel qu’en soit le prix,
Neuf est pour le Tombeau, et ce qui fut détruit.

ACTE 1

EN L’AN MYRIADE DE NOTRE SEIGNEUR, la dix millième année du Roi Immortel, le bienveillant Prince de la Mort, Gideon Nav prit son épée, ses bottes et ses magazines pornos et s’évada de la Neuvième Maison. 
Elle ne courait pas. Gideon ne courait jamais, sauf nécessité absolue. Dans l’obscurité complète d’avant l’aube, elle se brossa tranquillement les dents, se lava le visage et alla même jusqu’à balayer le sol de sa cellule. Elle secoua son long habit noir et l’accrocha à sa patère. Ayant répété ces gestes chaque jour depuis plus d’une décennie, elle n’avait plus besoin de lumière pour les accomplir. De toute manière, aussi tard dans l’équinoxe, aucun rayon n’entrerait ici avant plusieurs mois ; on pouvait toujours déduire la saison en fonction des craquements de tuyaux du système de chauffage. Elle s’habilla de la tête aux pieds de polymères et autres textiles synthétiques. Se brossa les cheveux. Puis, sifflant entre ses dents, Gideon ouvrit son bracelet de sécurité, qu’elle plaça soigneusement sur son oreiller, avec sa clé volée, comme un chocolat dans un grand hôtel.
Elle jeta son sac sur son épaule, quitta sa cellule et prit le temps de descendre les cinq niveaux menant à la niche funéraire anonyme attribuée à sa mère dans les catacombes. C’était purement sentimental : elle n’était déjà plus là quand Gideon était petite, et ne la réintégrerait jamais. Puis ce fut la longue ascension des vingt-deux niveaux du puits, sans le moindre rai de lumière pour dissiper ce noir poisseux, avant de bifurquer vers le tarmac où, dans deux heures, elle embarquerait dans sa navette.

***

La liste des participant.e.s :

• Lady Butterfly & Co
• Cœur d’encre
• Ladiescolocblog
• Aliehobbies
• À vos crimes
• Le parfum des mots
• Ju lit les mots
• Voyages de K
• Ma lecturothèque
• Les paravers de Millina
• sir this and lady that
• 4e de couverture
• filledepapiers
• Les lectures de Marinette
• Chat’pitre
• Les Lectures d’Emy

Par Sophie.


2 réflexions sur “Premières Lignes #42

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s