Parlons Saga : Ivy Wilde de Helen Harper

Mika – Talk About You

Quand fainéantise rime avec magie: Ivy Wilde, T1 par [Helen Harper ]Meurtres, magie et télé-réalité: Ivy Wilde, T2 par [Helen Harper, Marguerite Guillemet]S.O.S. fantômes en détresse: Ivy Wilde, T3 par [Helen Harper, Pauline Jaccon]

Ivy Wilde est une série d’Helen Harper, publiée en français chez les éditions Bookmark, dans la collection infinity. Elle compte 3 tomes (Quand fainéantise rime avec magie, Meurtre, magie et télé-réalité et S.O.S fantômes en détresse) et une courte histoire supplémentaire (Noël, enquête et étincelles).

Bon, soyons clairs : Ivy Wilde n’est pas une héroïne. C’est même la dernière personne que vous contacteriez si vous aviez besoin d’une aide magique, malgré ses talents.
Si ça ne tenait qu’à elle, Ivy passerait ses journées affalée dans le canapé, devant la télé, paquets de chips en main, à papoter avec son familier félin jusqu’à ce que mort s’en suive.
Mais quand elle se retrouve victime d’une erreur d’identité, elle est embarquée malgré elle à la Branche Arcane, le département d’investigation de l’Ordre Hermétique du Crépuscule d’Or.
Les problèmes se multiplient quand un objet de valeur est volé au nez et à la barbe des représentants de l’Ordre ; et le fait d’être liée magiquement à l’Adeptus Exemptus Raphaël Winter ne fait qu’empirer la situation. Il a peut-être un regard couleur saphir et le corps d’un mannequin maillot de bain, mais pour Ivy, il représente tout ce qu’il y a de soporifique dans le boulot de sorcier.
Et s’il l’oblige à retourner à la salle de sport, juré, elle le transforme en crapaud.

***

La collection infinity des éditions Bookmark m’intéresse depuis un moment et je suis ses sorties de près – pas seulement parce qu’ils ont repris la série Kate Daniels – mais aussi parce que souvent leurs sorties sont des bit lit qui tranchent avec les clichés habituels et un peu en décalés de ce qu’on pourrait attendre. Bref de jolies surprises en perspective. J’avais repéré la série d’Helen Harper en anglais sur Goodreads donc quelle ne fut pas ma joie de la retrouver en français sur Booknode ! J’avais un peu plus de temps pour moi pendant notre cher confinement et j’en ai profité pour littéralement manger les quatre volumes.
Pour compléter cet article – ou si vous cherchez autre chose qu’une chronique – j’ai consacré mon rendez-vous Premières Lignes de la semaine dernière sur le premier tome de la série dont vous pouvez lire le début en suivant ce lien ici.

Je poussai un soupir.
— C’est clair, nan ? Comme vous êtes un petit tyran qui n’aime pas travailler en équipe, ils ont décidé de lancer un lien magique irrévocable.
Winter plissa ses yeux bleus.
— Je ne suis pas un tyran, j’ai simplement un certain niveau d’exigence.

Ivy Wilde est une série qui se lit très facilement et que j’ai trouvé très addictive : le personnage d’Ivy y est, je pense, pour beaucoup. Ivy n’est pas une sorcière comme les autres et on s’en rend compte rapidement, surtout parce que les autres sont étonnés autant par ce qu’elle fait que par ses propres pensées. Ivy est une personne à deux discours : ce qu’elle dit – fainéantise et paresse – et ce qu’elle fait – à découvrir dans les livres. C’est aussi la principale source d’humour de l’histoire (à part Brutus mais c’est un autre niveau que ce chat !), elle se divertit de tout et surtout d’elle-même. Le contraste est au début assez violent avec Raphaël (Raph) Winter. Raph apparaît comme le psychorigide génial de service, très antipathique (on se souvient d’une certaine remarque sur le poids …) mais cela change rapidement. L’équilibre que les deux protagonistes parviennent à trouver se fait petit à petit et j’ai beaucoup aimé cette aspect de la série : l’autrice prend son temps pour développer leur relation. Ce n’est pas le coup de foudre immédiat ou l’attirance sexuelle à chaque instant. C’est très reposant je trouve ! À la fin des deux premiers tomes, l’épilogue est du point de vue de Raph et cela apporte aussi quelque chose à l’histoire et surtout au personnage d’Ivy ! Moi qui aime avoir le plus de points de vues possibles, surtout de la part des protagonistes, j’ai trouvé l’idée excellente. Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est leur évolution : le troisième tome met bien en perspective tout ce qu’ils s’apportent et se sont apportés – je pense que le changement est même plus repérable sur Raph que chez Ivy.

Les personnages secondaires sont en revanche peu nombreux (je parle de ceux qui reviennent à chaque tome) mais leur utilisation est encore meilleure ! Ils ne sont pas très approfondis mais certains comme Tarquin n’ont pas besoin de l’être mais ils ne sont jamais de trop ou inutile. L’équilibre avec le duo Raph/Ivy est bien vu, surtout que ces deux-là prennent pas mal de place !

Mon seul petit regret provient de la couverture : Ivy se décrit toujours comme un peu ronde et surtout négligée question habillement. J’aime beaucoup les couvertures françaises (fait rare et remarquable : je les préfère aux couvertures américaines !) mais à part la couleur de cheveux, je doute que le personnage d’Ivy soit très fidèlement représenté … C’est dommage pour une fois que le personnage principal était « imparfait physiquement ». (je ne blablaterais pas pendant des heures sur les critères de beauté et la perfection des personnages dans les livres mais sachez juste que pour moi Ivy semble être une personnage tout à fait belle et normale. Je m’arrêterais ici !).

— Regarde comme on s’entend bien, remarquai-je d’un ton émerveillé. Bientôt, on sautillera dans la rue main dans la main.
Je bifurquai vers l’ascenseur tandis que Winter partait directement vers les escaliers. Bon, la collaboration avait ses limites.

Dans l’ensemble, les intrigues sont très dynamiques : les deux premiers tomes sont des enquêtes pures et dures avec de jolis retournements de situations jusqu’à la fin et qui restent crédibles. J’insiste sur ce point, je ne les ai pas trouvés extravagants, au contraire les coupables dans le premier tome m’ont bien plus convaincus que tous les autres suspects et les surprises ne sortent pas de nulle part. Les enquêtes ne sont pas là pour créer du suspense – la technique d’enquête d’Ivy a tendance à le réduire à néant – mais l’autrice maîtrise son intrigue, qui n’est pas bâclée au profit de la romance. En fait la relation Raph/Ivy se développe à travers les enquêtes et par leur collaboration donc je dirais qu’il y a aussi un équilibre entre romance/intrigue, les deux sont constamment mêlés et c’est agréable comme ça, on évite les scènes niaises d’amour ou stéréotypées … C’est quelque chose que je n’ai pas trouvé dans cette série : des stéréotypes. Ou très peu : même Raph dans le rôle du fils de militaire un peu carré est arrivé à me surprendre et comme je l’ai dit, change beaucoup au cours de l’histoire.

Le troisième tome a une tonalité un peu différente pour l’intrigue car cela ressemble plus à une traque : on connait les enjeux et le criminel très tôt (j’étais au départ presque déçue mais ça m’est vite passé). C’est aussi un peu le tome qui fait la synthèse de la collaboration entre Ivy et Raph, leur relation est cette fois-ci officielle et bien installée. C’est un autre de mes minuscules regrets sur cette série : je pense que l’autrice pourrait nous donner un peu plus d’explications sur l’entre-deux deux tomes. Je parle ici surtout du tome 2 au tome 3 où j’aurais aimé avoir un chouia plus de détails sur ce qui est arrivé à Ivy, la fin étant un cliffhanger qui n’en est pas vraiment un.

Évidemment j’ai lu une traduction et non le style original de l’autrice dont je serais de toute manière bien en peine d’en dire quoi que soit vu mon anglais. Je suis néanmoins de plus en plus sensible aux problèmes/avantages apportés par les traductions (pour différentes raisons qui feront peut-être l’objet d’un article). N’ayant rien entendu de particulier à propos de la série, je partirais du principe que la traduction est très bonne et que la plume de l’autrice est aussi légère et réjouissante que dans la version originale. Comme dit précédemment (non je ne radote pas !! Enfin pas trop.), la série se lit aisément, les événements s’enchaînent grâce à une plume très fluide et souple qui s’adapte autant aux monologues intérieurs d’Ivy – toujours très stimulants et drôles – qu’aux dialogues piquants avec son entourage. J’ai remarqué que l’autrice avait rédigé les trois tomes en collaboration avec trois personnes différentes (je ne sais plus exactement où j’ai lu cela et je n’ai pas creusé la question je l’avoue) mais je n’ai pas remarqué de changements particuliers ou de différences dans le style. Il reste aussi agréable qu’au premier tome.

— C’est Price le coupable.
Winter se tourna vers moi.
— Et comment en es-tu venue à cette conclusion ?
— Il était nerveux et fuyant. Et je suis sûre qu’il a eu son job grâce à Diall. En plus, ajoutai-je, il portait des mocassins. Crois-moi, il ne faut jamais faire confiance à un type qui enfile ses chaussures sans avoir besoin de les ouvrir.

Je reviens rapidement sur un des « détails » qui fait que ce livre est pour moi un coup de coeur : un des personnages, le familier d’Ivy est son chat Brutus. Brutus fait partie de ses petites touches qui font que le livre vous fait succomber. A l’image de sa maîtresse, Brutus incarne la paresse mais est toujours quand on a besoin de lui ou quand on s’y attend le moins. C’est aussi une des autres sources d’humour dans ce livre et en lisant les passages avec Brutus, je me suis plusieurs fois fait la réflexion que si le chat de Nina pouvait parler, il dirait exactement cela. L’épilogue du troisième tome est du point de vue de Brutus … et comble parfaitement un lecteur fan de la série. Tout autant que la conclusion de la nouvelle Noël, enquête et étincelles qui promet encore quelques déboires félins à notre duo préféré.
PS : au cas où vous ne l’auriez pas compris (il faut dire que je n’ai pas été explicite), Brutus parle. Mais pas pour les mêmes raisons ou de la même manière que Salem, le chat de Sabrina l’apprentie sorcière pour ceux dont l’enfance est marquée par la série !

***

Conclusion : ♥♥♥♥♥ Ivy Wilde est un petit coup de cœur ! Je dis petit parce que j’aurais aimé en avoir plus, heureusement la nouvelle vient parfaitement parachever la série et nous donne un petit aperçu du nouveau quotidien de nos personnages après le tome 3. Ils restent fidèles à eux-mêmes – surtout Brutus. Je recommande cette série à tous ceux qui veulent passer un moment drôle devant un livre, se détendre et rire avec Ivy. Cette série est une petite bulle de joie et je vais la reprendre souvent lorsque je n’aurais pas le moral ! J’ai été ravie de découvrir l’univers d’Helen Harper ainsi que ses personnages sous sa plume légère et divertissante.

Par Sophie.


7 réflexions sur “Parlons Saga : Ivy Wilde de Helen Harper

  1. Je n’ai lu que le premier tome pour le moment, et j’aime beaucoup, notamment pour l’humour d’Ivy que tu as bien souligné et le décalage entre ce qu’elle dit et fait 🙂 En revanche, et j’ai l’impression qu’on est peu dans ce cas, j’ai détesté le personnage de Brutus et pour la fan de chat en moi, c’est un crève-cœur. Sa vulgarité ne m’a pas fait sourire…
    Et je partage tes regrets sur la couverture. C’est dommage qu’elle ne mette pas en avant le physique d’Ivy tel qu’il est décrit dans la série.
    En tout cas, j’ai hâte de lire la suite 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Brutus réserve quelques surprises au fil des tomes ! Après je n’avais pas pensé à la vulgarité, au contraire je trouve que ça casse un peu le cliché du chat très savant qui parle … Mais c’est une opinion personnelle 😅 Je pense que c’est dommage de s’arrêter juste là dessus 😉 J’espère que la suite te plaira aussi et que peut être elle te réconciliera avec Brutus 🤗

      Aimé par 1 personne

      1. J’ai eu quelques échos sur l’évolution de Brutus, ce qui me rassure 🙂 C’est amusant de voir la différence de ressenti. Pour ma part, j’ai eu le sentiment que l’autrice exploitait à fond le cliché du chat snob à qui tout est dû… Mais je comprends ton avis qui me permet de mieux saisir pourquoi certains lecteurs ont adoré Brutus 🙂

        Aimé par 1 personne

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s