U4: Jules par Carole Trébor

Couverture U4 : Jules
U4 est une série dystopique sortie en août 2015 et écrite par un collectif de quatre auteurs, soit un par livre. Jules, qui fait l’objet de cette chronique a été écrit par Carole Trébor et publié par les éditions Nathan. Ce tome-ci fait 382 pages.

Cela fait 10 jours que le virus U4 accomplit ses ravages. Plus de 90% de la population mondiale est décimée. les seuls survivants sont des adolescents. L’électricité et l’eau potable commencent à manquer, tous les réseaux de communication s’éteignent. Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous. Parviendront-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses ?

Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n’a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l’épidémie a commencé de se propager. Le spectacle qu’il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu’il ne pourra pas tenir longtemps en autarcie. Pour affronter l’extérieur, Jules redevient le guerrier impavide qu’il était dans le jeu. Il va alors retrouver son frère aîné, qui se drogue et dont il ne peut rien attendre, puis secourir une petite fille qui a mystérieusement échappé au virus et qu’il décide de prendre sous son aile. Son seul espoir : le rendez-vous fixé par Warriors of Times.

***

J’ai donc poursuivi la série U4 avec Jules qu’un ami m’a prêté. Je n’avais auparavant jamais entendu parler de cette auteure ; par contre j’avais entendu de nombreuses critiques quant à sa plume ainsi qu’à son personnage de Jules. D’autant plus qu’ayant eu un gros coup de cœur pour Stéphane, j’avais vraiment eu peur quant aux autres livres et personnages. Il y a donc des chances que je fasse souvent des parallèles entre les deux tomes.

Alors, nous retrouvons Jules à Paris, avec pour seule compagnie son chat Lego. L’histoire commence quasiment de but en blanc : les parents de Jules sont morts, sont frère est partit et lui n’est jamais sorti depuis le début des complications du virus U4. Contrairement à Stéphane ou la situation se dégrade petit à petit jusqu’à devenir assez extrême ; chez Jules, l’histoire commence directement dans une ville de Paris très apocalyptique, odeurs putride à tous les coins de rue, cadavres à n’en plus finir, rats… Comme Stéphane, Yannis ou Koridwen, Jules est un Expert de WOT. Il est très très investi et il croit dur comme fer au rendez-vous de Paris, le 24 décembre. Ainsi, il va tout faire pour survivre afin d’y aller. Un jour afin de trouver de la nourriture, Jules fait le tour de son immeuble et tombe sur Alicia, une petite fille qu’il juge âgée de 6 ans et qui voue un réel culte à Dora l’Exploratrice. Il décide donc de l’adopter comme petite sœur. Les aléas de la vie font qu’un beau jour, Lego, Alicia et lui rallient une communauté et dont les deux principaux membres sont deux de ses anciens amis. Ainsi, avec eux, Jules se sent plus fort, et décidément déterminé à aller au rendez-vous du 24.

Pour commencer, je vais parler du style d’écriture de l’auteure. Carole Trébor est une personne qui me laisse particulièrement sceptique. D’un côté sa plume rend l’histoire très réaliste, avec ses descriptions des cadavres, des rats, et plus généralement des conditions de vie. Elle ne nous épargne pas, et tout est riche en détails… seulement voilà. A vouloir donner trop de détails, on finit par être redondant ! Alors peut-être que c’était voulu, mais je n’ai pas vraiment accroché. Sur tout le début du texte (du moins je l’ai pas mal constaté avant que Jules rejoigne la communauté) on a plusieurs fois, et seulement à quelques pages d’intervalles des descriptions des cadavres et de l’odeur putride. Cependant, le choix des mots et la façon dont l’histoire s’enchaîne fait un bon ensemble et j’ai fini par m’habituer à la plume de Carole Trébor ; et au final, elle n’est pas si terrible que ce que je pensais.

Si j’avais tout de suite accroché avec Stéphane (que j’ai été ravie de retrouver ici, vous le pensez bien !), j’ai eu plus de mal avec Jules au démarrage. Il fait peureux, craintif, il s’apitoie pas mal sur son sort, et sur sa situation. J’ai trouvé qu’il avait beaucoup moins de relief, de profondeur que Stéphane… et sur ce point j’ai été assez déçue. Quant à Maya, j’ai trouvé que l’auteure exagérait beaucoup ses capacités ; malgré tout elle en reste un personnage que j’ai pas mal apprécié et que j’aimais retrouver, elle est responsable, mature … Jérôme, Séverine, Valentin, Katia et Max étaient des personnages davantage secondaires à mon goût et je ne me suis ni arrêtée, ni attachée réellement à eux. Quant à Alicia, je l’ai trouvée certes mignonne et attachante, mais certaines de ses attitudes m’exaspéraient un peu !

Evidemment nous retrouvons Koridwen, Yannis et Stéphane (), même si les deux derniers sont très minoritaires. Koridwen paraît froide et distante, mais petit à petit, elle se livre : même si elle est toujours entourée d’une grande part de mystère qui ne disparaîtra que lorsque l’on aura lu son histoire… On voit très peu Yannis dans ce tome, mais il n’apparaît pas comme quelqu’un d’hostile à Jules. Quant à Stéphane, même si elle inspire la crainte au départ, on ressent bien toute l’admiration et tout le respect que Jules a pour elle. Leur duo est assez touchant.

Par rapport au premier livre, il y a beaucoup plus d’histoires d’amour (hé oui…), on peut compter au moins 3 couples. Mais leur histoire ne prend pas trop d’importance sur les actions donc ne sont pas très dérangeantes.

En conclusion : ♥♥♥ Ayant eu un coup de cœur pour le premier tome, je pense qu’il est difficile de faire mieux maintenant. Malgré tout ce que j’ai pu dire, Jules n’est pas une déception. A travers l’écriture de Carole Trébor, on s’imagine beaucoup plus l’atmosphère dans laquelle évoluent les personnages ; mais les trahisons entre la population et l’armée sont moins présentes ici. Je continue donc avec grand plaisir la série U4 !

Chronique de Stéphane : U4 : Stéphane par Vincent Villeminot
Chronique de Koridwen : U4 : Koridwen par Yves Grevet
Chronique de Contagion : U4 : Contagion par Yves Grévet, Florence Hinckel, Carole Trébor et Vincent Villeminot

Par Nina.

Publicités

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s