Tu tueras le père par Sandrone Dazieri

Avatar – A statue of a King

Couverture Tu tueras le pèreTu tueras le père est un thriller écrit par Sandrone Dazieri et publié aux éditions Pocket en 2016. Il comporte 744 pages.

Le père est là, dehors, quelque part. La cage est désormais aussi vaste que le monde, mais Dante est toujours son prisonnier.
Non loin de Rome, un homme affolé tente d’arrêter les voitures. Son fils de huit ans a disparu et le corps de sa femme gît, décapité, au fond d’une clairière.
Le commissaire Colomba Caselli ne croit pas à l’hypothèse du drame familial et fait appel à un expert en disparitions de personnes : Dante Torre. Kidnappé enfant, il a grandi enfermé dans un silo à grains avant de parvenir à s’échapper. Pendant des années, son seul contact avec l’extérieur a été son mystérieux geôlier, qu’il appelle « le Père ».
Colomba va confronter Dante à son pire cauchemar : dans cette affaire, il reconnaît la signature de ce Père jamais identifié, jamais arrêté…

***

C’est vrai que, si l’on omet Criminal Loft, je n’ai pas lu de thriller depuis sacrément longtemps… et je ne vous cache pas que ça me manquait un peu car n’oublions pas que c’est mon genre de prédilection ! Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’en terminant Tu tueras le père, je me suis souvenue pourquoi j’aimais autant ce genre et je vous explique ça tout de suite !

L’histoire commence par un enlèvement d’enfant. Chose somme toute banale dans un thriller. Sauf que celui-ci est particulier puisqu’il rappelle le modus operandi du Père, une personne qui aurait enlevée et séquestrée Dante Torre pendant 11 années de son enfance. C’est d’ailleurs lui que la police contacte de manière non officielle pour collaborer dans cette enquête avec Colomba Caselli, commissaire de police qui n’exerce plus. Cependant, toute cette histoire paraît bien plus compliquée qu’elle n’y paraît, et le duo se retrouve au centre d’une histoire que personne n’aurait pu soupçonner.

– Mais tu n’as pas besoin de dormir ?
– Je connaissais un type qui ne dormait jamais, répondit Dante.
– Et comment il a fini ?
– On lui a tiré une balle dans la tête, maintenant il dort un peu trop.

Notre duo d’enquêteur se retrouve donc à mener une enquête sur les traces du père. Que ce soit Dante ou Colomba, j’ai vraiment aimé ce duo qui me rappelle un peu nos Sharko et Hennebelle français, même si pour l’instant les deux premiers n’en sont qu’à leurs débuts. Dante est un homme vraiment courageux. Il n’hésite pas à surmonter ses peurs pour connaître la vérité et il est extrêmement loyal à Colomba. Leur relation m’a beaucoup touchée car finalement ils sont deux personnes qui ne sont pas amenées à se côtoyer et qui, pour une enquête vont unir leurs forces. C’est une chose que je vois peu dans les thrillers et que j’aime vraiment lire.
Colomba, elle, est une femme courageuse, déterminée et qui applique un code d’honneur très strict. Elle reste loyale à sa hiérarchie et croit encore aux capacités de la police. Je trouve que cela change par rapport à tous ces policiers qui frôlent l’illégalité dans beaucoup d’enquêtes.
Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé les deux personnages tandems du roman. Bien entendu, il y en a d’autres qui gravitent autour de l’enquête. Entre un magistrat peu professionnel, un policier corrompu et beaucoup de non-dits… on se demande vraiment comment tout cela va se terminer.

Les enfants n’ont qu’une façon de distinguer la vérité du mensonge. La vérité, c’est ce que les parents approuvent. Le mensonge, c’est ce qui les rend mécontents. Et les enfants sont capables de se souvenir de choses qu’ils n’ont jamais vécues, il suffit de le leur demander comme il faut.

Le roman est extrêmement haletant et additif. On tourne les pages sans s’en rendre compte, on a envie de savoir ce qu’il se passe tout le temps et pour le coup les 750 pages se lisent très vite. Donc n’ayez pas peur, c’est une brique, mais une gentille brique ! En plus, le roman alterne des passages du passé et du présent et, vous commencez à me connaître, j’adore ça ! Un bon point de plus pour l’auteur donc !

Son style d’écriture est également très impactant, il convient superbement à un thriller avec ce petit quelque chose en plus. Au fur et à mesure, on entre dans l’horreur, dans l’antre du père, on entre dans ses machinations, on se fait piéger et quant arrive la révélation finale, on se laisse surprendre (même si j’avais trouvé qui était le père un petit peu avant la révélation \o/) et on l’est d’autant plus lorsque l’on en comprend les motivations, et cela m’a complètement dépassée. En fermant ce roman, la seule chose que j’ai pu dire c’était « Wah », tant j’étais émue, dégoutée, surprise, choquée, touchée… Je n’ai pas de mots pour décrire tout ce que j’ai pu ressentir finalement.

Je pense que même ceux qui ne lisent que peu de thrillers ou qui ne savent pas par où commencer devraient lire ce livre-ci. Il est très bien écrit, l’intrigue est haletante, il est glauque mais pas gore (maman, si tu passes par là…), les personnages principaux sont travaillés et très intéressants à suivre.

Ce dont elle a le plus peur, ce n’est pas de la mort, mais de le laisser, lui tout seul. Elle se demande comment il pourra continuer sans elle.

En conclusion : ♥♥♥♥♥ Même si j’ai passé ma lecture à confondre Sandrone Dazieri avec Donato Carrisi, je peux vous assurer qu’il n’a rien à lui envier. Ses personnages sont vraiment top, son intrigue est incroyablement poussée et riche en détails, le style d’écriture est très agréable à lire… Que vous soyez lecteur de thriller chevronné ou simple curieux, je vous conseille grandement de lire ce roman.

Par Nina


18 réflexions sur “Tu tueras le père par Sandrone Dazieri

  1. Je sais pas pourquoi cet article m’a attiré. Sûrement le titre ! Je trouve que rien que cette écriture rouge sur cette couverture grise avec ces mots ça fait froid dans le dos ! Je risque peut être de me laisser tenter 😉
    & j’a-dore les romans glauques mais pas gores, parce que je trouve qu’une ambiance malsaine est bien plus puissante que des doigts coupés et des têtes tranchées avec des tripes qui tombent de partout !

    Aimé par 1 personne

    1. C’est un thriller que je ne peux que conseiller vu toutes ses qualités ! Toi qui lis peu de livres de ce genre, je pense vraiment que celui-ci pourrait te plaire parce qu’il réuni beaucoup de caractéristiques du genre, tout en ayant sa petite touche personnelle ! 🙂
      Enfin si tu te laisses tenter tu me diras ! 😀

      J'aime

      1. Oui je te dirais ! C’est vrai que autant je suis super facile pour tout ce qui relève de la littérature de l’imaginaire autant les thrillers policiers sont plus compliqués car j’ai vraiment ce besoin d’être tenue en haleine de A à Z 🙂 je le note dans ma wishlist 😉

        Aimé par 1 personne

      2. Je comprends ! C’est un peu ce que l’on recherche en lisant ce genre ! 🙂
        Je pense que celui-là peut vraiment convenir en tout cas, accroche toi peut-être au début (& encore, y a pas beaucoup besoin ^^)

        J'aime

      3. C’est dingue de ne pas être soutenue par ses proches dans ses passions !! 😮 ^^
        Je comprends ! Faudrait ces bibliothèques comme dans les films où, quand tu appuies sur un bouton tu as tout un pan de mur qui s’ouvre et tu as une immense bibliothèque cachée derrière un petit meuble ^^’

        J'aime

      4. Genre des fois je suis limite heureuse d’acheter un livre et de pas l’aimer pour le refiler à ma soeur parce que du coup ça me fait de la place dans ma bibliothèque & je peux en racheter d’autres xD

        J'aime

On en discute ? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s